Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 1 juin 2021

Coût pour les collectivités territoriales de la crise sanitaire et économique

Mme la présidente. - L'ordre du jour appelle un débat sur le coût pour les collectivités territoriales de la crise sanitaire et économique, à la demande du groupe Les Républicains.

M. Mathieu Darnaud, pour le groupe Les Républicains . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Je ne saurais débuter que par un plaidoyer en faveur de nos collectivités territoriales, à commencer par nos communes. Dans la crise sanitaire, elles ont joué un rôle crucial, notamment pour permettre la vaccination à grande échelle.

À la veille de l'examen du projet de loi déconcentration, décentralisation, différenciation, décomplexification (4 D), réaffirmons cette confiance dans l'ensemble de nos collectivités territoriales, de Brest à Biarritz et de Strasbourg à Privas. Nos communes ont engagé des dépenses : 4 milliards d'euros selon un rapport de l'Assemblée nationale, plutôt 6 milliards selon l'Association des maires de France (AMF). Ces coûts doivent être évalués précisément et faire l'objet d'un accompagnement financier de l'État.

L'autofinancement net du bloc communal a diminué de 9 %, et l'investissement de 15 %. L'État doit donc mettre la main à la poche.

Masques, blouses, centres de vaccination, équipements divers : les collectivités territoriales ont su agir dans l'urgence. Certaines n'ont pas encore perçu les moyens promis pour couvrir ces dépenses. Nos communes sont souvent à l'os. Je pense au Béage, commune ardéchoise de 300 habitants, qui a dû payer 12 000 euros pour un agent supplémentaire à mi-temps. D'autres dépenses passent inaperçues, notamment celles liées au tourisme. Il y a aussi la chute de l'emploi saisonnier et des recettes, comme la taxe de séjour qui a baissé de 15 %, la billetterie des grands sites touristiques - l'Aven d'Orgnac, la grotte Chauvet - ou les taxes sur les casinos, comme à Vals-les-Bains.

L'État a demandé aux collectivités territoriales d'être son bras armé. Il lui faut indemniser ces dépenses au coût réel, pas au forfait. Ainsi, le seul hébergement des personnes faisant fonctionner le centre de vaccination coûte 20 000 euros à la communauté de communes Montagne d'Ardèche !

L'accompagnement financier de l'État est une question de justice, d'autant que l'État compte aussi sur les collectivités territoriales pour son plan de relance. Il ne faudrait pas que la commande publique pâtisse de la non-compensation, pour les collectivités, des coûts induits par la crise.

Nous comptons sur votre pugnacité, monsieur le secrétaire d'État. Nos communes doivent être les aiguillons de la relance. Or elles risquent d'être vaccinées contre les promesses de l'État ! (Applaudissements sur les travées des groupes Les Républicains et UC)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État chargé de la ruralité . - Le Sénat, chambre des territoires, est attaché au suivi des finances locales. Le Gouvernement aussi, et moi tout particulièrement, en tant qu'ancien maire et rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale.

Ce débat est bienvenu, car nous disposons désormais d'éléments chiffrés fiables. L'année 2020 n'a pas été l'annus horribilis annoncée, même si elle a été difficile.

Les projections pessimistes du rapport de Jean-René Cazeneuve - effondrement des recettes de 5 milliards d'euros, augmentation des dépenses de 2,2 milliards d'euros et donc réduction de 7,2 milliards d'euros de l'épargne brute des collectivités territoriales - ne se sont pas concrétisées.

L'épargne brute des collectivités aurait dû diminuer de 26 % entre 2019 et 2020. En réalité, elle a baissé de 11,4 %. Le bloc communal a le mieux résisté avec une baisse de 6,5 %. La capacité d'autofinancement des intercommunalités et des petites communes se maintient avec une baisse limitée à 4,1 %. L'épargne brute des communes de moins de 3 500 habitants a même crû de 2,4 % grâce aux économies de fonctionnement et à des dotations imperméables à la crise.

L'épargne brute des départements baisse, elle, de 14 %, en raison de l'augmentation de leurs charges sociales, même si les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) ont baissé de seulement 1,6 %. L'épargne des régions se réduit de 21,6 % en raison de l'envolée de leurs dépenses d'intervention.

L'État a mis en place des mesures inédites dès juin 2020 via la loi de finances rectificative, à la suite de la mission Cazeneuve : une clause de sauvegarde des recettes fiscales et domaniales garantit une aide si le montant tombait en deçà de la moyenne 2017-2019 ; une avance sur les DMTO pour les départements répond à la demande de l'Assemblée des départements de France (ADF).

Sans attendre 2021, 1 milliard d'euros de dotation de soutien à l'investissement (DSIL) ont été versés dès le début de la mandature municipale pour de nouveaux projets et des facilités comptables ont été accordées pour étaler les charges de la crise sur cinq ans.

La loi de finances initiale pour 2021 a reconduit le filet de sécurité et garanti les fonds départementaux de péréquation des DMTO pour les petites communes.

Nous avons ouvert un fonds de stabilisation pour les départements et maintenu le fonds de péréquation à son niveau habituel.

Nous avons supprimé la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) des régions et l'avons remplacée par une fraction de TVA, ce qui les protège de la baisse de CVAE attendue en 2021. Nous avons ouvert 1,5 milliard d'euros de dotations d'investissement de relance supplémentaires.

Les services du Gouvernement travaillent à un suivi précis de la situation financière des collectivités. Un groupe de travail rassemble les associations représentant le bloc communal toutes les six semaines pour échanger les données, et ses comptes rendus sont transmis à vos commissions des finances.

Les perspectives pour 2021 sont loin d'être sombres. D'après nos premières estimations, les recettes des collectivités devraient augmenter en 2021. Seules la CVAE, la taxe d'aménagement et la taxe sur les remontées mécaniques vont baisser. L'immense majorité des recettes sont à l'abri. La CVAE ne baisserait que de 1,1 % ; le versement mobilité a progressé de 3,8 % au premier trimestre ; les DMTO, de 10 % par rapport au premier trimestre 2020.

Le projet de loi de finances rectificative (PLFR) ouvrira un fonds de 200 millions d'euros pour aider les collectivités subissant des pertes de recettes tarifaires, qu'il s'agisse de services publics industriels et commerciaux (SPIC) ou administratifs (SPA).

Enfin, nous vous rendrons compte en temps réel de l'exécution de France Relance. Début mai, 80 % des dotations d'investissement ouvertes étaient programmées ou notifiées par les préfets.

Le Gouvernement est pleinement mobilisé pour soutenir les collectivités territoriales et leur capacité d'investissement. (M. Didier Rambaud applaudit.)

M. Daniel Chasseing . - Nos finances publiques sont prises en étau dans un contexte de crise qui entraîne une forte détérioration des recettes fiscales, tandis que les mesures de soutien ont fait s'envoler des dépenses publiques. C'est vrai pour le budget de l'État, dont le déficit dépasse 200 milliards d'euros en raison du soutien aux entreprises et aux salariés, mais aussi pour les collectivités locales. Les lieux d'accueil pour enfants gérés par les collectivités territoriales ont vu leur fréquentation baisser, et partant leurs recettes. Or les coûts sont restés élevés, notamment de personnel. Malgré l'autorisation spéciale d'absence, les collectivités ont continué à payer les charges salariales. Les frais d'entretien ont doublé, notamment pour la désinfection.

Les collectivités ont fait un travail remarquable de proximité, avec dévouement. De nombreux élus s'inquiètent de l'impact sur les finances locales. Comment allez-vous les aider à faire face ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Le PLFR présenté demain en Conseil des ministres comportera une aide au profit des services gérés en régie et confrontés à une baisse des recettes tarifaires, comme le Premier ministre s'y était engagé en mars.

Les recettes des prestations sociales ou périscolaires ont baissé de 30 % en 2020 pour le bloc communal - principalement des petites communes - contre 1 % pour la moyenne des recettes de fonctionnement. Il ne s'agira pas d'une avance remboursable mais d'une dotation budgétaire de 200 millions d'euros. Un premier volet compensera les SPIC ayant subi une baisse d'épargne brute, sur le modèle de ce qui existe pour les entreprises. Quant aux communes et à leurs groupements, elles bénéficieront d'un fonds d'urgence.

Les critères d'attribution seront précisés lors le débat parlementaire.

M. Daniel Salmon . - Le 16 mars 2020, les structures scolaires fermaient. De nombreuses collectivités ont eu du mal à anticiper la gestion des personnels. Elles ont su s'adapter, mais beaucoup d'agents ont exercé des fonctions inhabituelles. Or tous n'ont pu bénéficier d'une prime car certaines collectivités ne peuvent se le permettre : seules 23 % des communes de moins de 2 000 habitants ont instauré une telle prime.

Alors que la crise sanitaire n'est pas terminée, comment comptez-vous faire pour limiter les disparités entre agents territoriaux ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Je m'associe à votre hommage aux agents territoriaux. J'ai ainsi pu être vacciné dans une commune de 5 000 habitants.

Depuis la loi de finances rectificative d'avril 2020, une prime exceptionnelle de 2 000 euros maximum peut être accordée aux agents territoriaux ayant eu un surcroît de travail durant la crise. Les collectivités ont toute latitude pour en fixer le montant, conformément au principe de libre administration des collectivités territoriales. C'est à l'employeur d'en assumer la charge ; nous n'allons pas demander au contribuable national de payer des décisions de gestion des ressources humaines locales ! Les disparités existent de longue date en matière indemnitaire.

L'État a exonéré cette prime d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales, il en prend donc à sa charge, de fait, une partie.

M. Daniel Salmon. - Votre réponse est bien fataliste... Il demeure d'importantes disparités entre agents territoriaux. En temps de crise, il faut fortifier nos services publics, à rebours de la tendance actuelle.

M. Didier Rambaud . - Les collectivités territoriales ont fourni des efforts colossaux face à la crise. Les communes de montagne sont particulièrement éprouvées, du fait d'une année blanche pour le secteur clé du tourisme, qui dégage d'ordinaire 20 milliards d'euros de retombées économiques, dont 10,5 milliards pour nos 350 stations de ski.

Le Gouvernement a agi : plus de 5 milliards d'euros ont été déployés durant la crise. Mais les collectivités territoriales de montagne ont plus que jamais besoin d'aide.

Lors de son déplacement en Savoie le Premier ministre a annoncé des mesures de relance pour soutenir ces territoires singuliers, dans le cadre du plan Avenir montagne, concret et prometteur : dotations d'investissement, contrats de massif, soutien à l'ingénierie.

Comment ces 480 millions d'euros seront-ils répartis ? Selon quel calendrier seront-ils versés ?

M. Alain Richard. - C'est la matière forte du ministre !

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Le plan Avenir montagne est le premier plan d'investissement pour la montagne depuis le plan Neige de 1960. Le Premier ministre a rappelé que 5,4 milliards d'euros avaient été déployés pour la montagne, dont 480 millions d'euros pour les collectivités territoriales.

Cela est sans commune mesure avec ce qui s'est fait ailleurs en Europe. Le chômage partiel ou les mesures d'indemnisation n'existent pas partout. Je pense à l'Italie, la Suisse ou l'Autriche.

Sur les 480 millions d'euros pour les collectivités territoriales, 36 millions d'euros sont prévus pour les garanties de recettes fiscales et domaniales, 231 millions d'euros pour l'investissement, 242 millions pour les contrats de massif et 38,5 millions pour les régies de remontées mécaniques. Nous avons dû batailler avec Bruxelles pour cette dernière aide...

Quelque 300 millions d'euros seront dédiés à l'investissement, un effort à parité avec celui des régions, que je salue, et 31 millions d'euros iront à l'ingénierie des petits territoires. (M. François Patriat approuve.)

M. Christian Bilhac . - Les collectivités territoriales ont pris leurs responsabilités pendant cette crise : masques, dépistage, vaccination à grande échelle... Elles continuent d'assurer les services courants avec de nouvelles contraintes. Cela a un coût. L'AMF évalue leurs pertes à plus de 6 milliards d'euros sur trois ans. Celles-ci ont été partiellement compensées par les lois de finances rectificatives.

Les collectivités territoriales ont été les acteurs publics les plus résistants budgétairement, selon Olivier Dussopt. Mais elles risquent d'être sollicitées pour le remboursement de la dette Covid. Le rapport de Jean Arthuis propose d'étendre le pacte de Cahors : quel retour en arrière par rapport à la loi Defferre de 1982 ! Allez-vous suivre cette préconisation ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - La dette a progressé de 270 milliards d'euros mais de façon très inégale : 65 % de la dette supplémentaire concerne l'État, 28 % la sécurité sociale et 7 % les collectivités territoriales, dont 50 % du fait de l'endettement de la Société du Grand Paris. Au total, la dette supplémentaire des collectivités territoriales s'élève à 8,5 milliards d'euros.

Il faudra bien sûr rembourser cette dette Covid : il n'y a pas de recette miracle. Il faut stimuler notre croissance et maîtriser les dépenses. La règle posée par Jean Arthuis est simple ; les dépenses augmentant plus vite que les recettes, il propose de rembourser au rythme de la croissance. Le Gouvernement a ainsi isolé une fraction de la dette de l'État et a proposé ce schéma d'amortissement à la Commission européenne.

Les collectivités territoriales pourraient adopter la même stratégie de désendettement, et identifier la dette Covid grâce aux annexes budgétaires mises à disposition. Il faudrait maîtriser les dépenses locales en s'inspirant du pacte de Cahors. Beaucoup de propositions de loi organiques vont dans le même sens.

C'est un débat sain car notre dette ne doit pas dépasser nos capacités de remboursement !

M. Christian Bilhac. - Ne demandons pas aux fourmis-collectivités territoriales de rembourser la dette de la cigale-État ! (Sourires)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Heureusement que l'État était cigale durant la crise...

M. Pascal Savoldelli . - Les collectivités territoriales subissent de plein fouet l'impact de la crise sanitaire, avec un effet ciseau. Les dépenses sociales des départements ont augmenté de 7 %, et même de 13 % dans le Val-de-Marne, tandis que les capacités d'autofinancement chutaient de 14 %.

Lors de l'examen des PLFR, nous avons tenté de sauver ce qui reste de l'autonomie des collectivités locales et proposé de les aider, mais le Gouvernement a préféré ses propres solutions, tardives, qui excluent les départements du filet de sécurité ! Le dispositif prévu pour les avances remboursables est passé de 2,7 milliards d'euros à 119 millions d'euros ! Le Gouvernement a pendant ce temps déboursé 135 milliards d'euros pour les prêts garantis par l'État. L'argent a été dirigé vers les entreprises, Renault par exemple, qui a reçu 5 milliards d'euros mais a fermé son usine de Choisy-le-Roi.

Comment justifier une telle gabegie ? Allez-vous corriger le tir ? (Mme Cathy Apourceau-Poly approuve.)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Les départements n'ont pas été oubliés ; ils ont bénéficié de mesures spécifiques : avance remboursable sur les DMTO - huit départements en ont bénéficié, sachant que ces droits de mutation n'ont diminué que de 1,6 %, au lieu des 25 % prévus ; augmentation du fonds de stabilisation de 200 millions d'euros ; depuis 2021, fraction dynamique de TVA de 250 millions d'euros ; et 300 millions d'euros orientés vers l'investissement dans la rénovation thermique des bâtiments.

Une réunion de M. Dussopt et Mme Gourault avec l'ADF a permis d'évoquer l'amélioration des clauses de sauvegarde, qui autorisent de provisionner certaines années pour réinjecter les fonds durant les années les plus difficiles. Nous restons à l'écoute des départements.

M. Pascal Savoldelli. - Vous égrenez les dispositifs mais le total ne monte pas très haut... sauf à ce que je mente ! Le dispositif DMTO est-il passé de 2,7 milliards d'euros à 110 millions d'euros ? Oui ! (M. le ministre le confirme.)

Le Parlement n'arrête pas de voter des textes, mais on renvoie la loi de finances rectificative après les élections régionales : votez, on décidera après... Ne nous étonnons pas de la désaffection de nos concitoyens à l'égard de la politique !

M. Bernard Delcros . - Dès le début de la crise, le Gouvernement a pris les mesures économiques et sociales nécessaires pour maintenir le pays debout.

Depuis la LFR de juillet 2020, des dispositions ont été prises pour les collectivités territoriales. Mais il demeure des angles morts. Les mesures de 2020 ont créé des inégalités de traitement entre les communes qui ont choisi une délégation de service public (DSP) et qui bénéficient des aides du Gouvernement, et celles qui ont choisi une régie et n'ont pas été aidées.

Une réponse devrait être apportée dans le prochain PLFR. J'ai participé au groupe de travail mis en place par le ministère.

Mais quels critères seront retenus pour accompagner les collectivités territoriales ? Il faut prendre en compte la part des recettes perdues dans les recettes fiscales totales. Ainsi, une perte de recettes de 20 000 euros après la fermeture d'un gîte d'étape en montagne dans une commune ayant une recette fiscale inférieure à 100 000 euros justifierait une aide. Êtes-vous prêt à adopter ce critère de la perte de recettes relative ? (MM. Jean-Paul Prince et Jean-François Husson approuvent.)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Ce n'est pas un secret : nous avons prévu 200 millions d'euros dans le PLFR qui sera présenté demain en Conseil des ministres. Si la perte de recettes est significative pour le budget de la commune, elle entre dans la logique de compensation.

Des solutions doivent être trouvées pour l'ensemble des régies - SPIC et SPA -, comme nous l'avons fait dans le plan Montagne pour les régies de remontées mécaniques, même si les règles comptables diffèrent d'un département à l'autre. Ce travail sera complexe.

Les chiffres sont là. Vous avez raison : les collectivités territoriales les plus fragiles ont mis leurs services en régie. Tout cela sera bien pris en compte.

M. Bernard Delcros. - Merci pour votre réponse. Les petites communes ont plutôt bien résisté à la crise, mais il y a de très fortes disparités.

M. Jérôme Durain . - L'échelon régional a été fortement touché par la crise, avec des dépenses supplémentaires. Nous avons été efficaces, trop peut-être, puisque l'État a même réquisitionné notre commande de masques sur le tarmac de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. La région Bourgogne-Franche-Comté a déployé des dispositifs de soutien : 36 millions d'euros pour les commerces et les TPE, 12 millions d'euros pour les secteurs du tourisme, de l'événementiel et de la culture, 10 millions pour les hôpitaux, 5 millions pour les associations, 4 millions pour les étudiants... Au total 540 millions d'euros d'aides ont été votés, en complément des aides de l'État. C'est un choix politique et une réponse à la crise.

Mais la crise a surtout eu pour conséquence des recettes minorées ; les recettes ferroviaires sont passées de 83 à 40 millions d'euros en raison d'une fréquentation diminuée de moitié. Malgré la réduction du trafic de 25 %, les dépenses n'ont baissé que de 5 % car les charges fixes demeurent élevées ; la situation est même plus grave en 2021 ! Quelle compensation l'État prévoit-il ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Des garanties ont été déployées au profit des régions : le remplacement de la CVAE par une fraction de TVA, des garanties de recettes sur la TVA et la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), la création d'une dotation régionale d'investissement de 600 millions d'euros dont 25 millions d'euros bénéficieront à la région Bourgogne-Franche-Comté.

Dans votre région, 141 communes ont reçu 5,1 millions d'euros de compensation sur leurs recettes fiscales et domaniales. Des communes comme Châlon ont reçu 160 000 euros. Ce n'est pas rien ! Les autorités organisatrices de mobilités (AOM) ont été aidées par des compensations fiscales et des avances remboursables de 21 millions d'euros. Et l'histoire ne s'arrête pas là car les régies seront également prises en compte.

Plus de 117 millions d'euros de dotation de relance ont été notifiés aux collectivités de votre région, auxquels s'ajoutent 25 millions d'euros annuels de DSIL.

Une mission sur les AOM a été confiée à Philippe Duron. Ses conclusions sont attendues fin juin. C'est donc l'ensemble de votre territoire qui a bénéficié d'un système particulièrement résilient de compensation.

Mme Alexandra Borchio Fontimp . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Cette crise sanitaire a enfanté une crise économique qui affecte aussi les acteurs publics, en particulier locaux.

Les collectivités territoriales ont fait preuve de dynamisme en ne lésinant pas sur les dépenses pour aider leurs administrés.

L'AMF estime leurs pertes à 6 milliards d'euros. Le Gouvernement avait annoncé un soutien massif, mais seuls 2 300 à 2 500 communes et une centaine d'EPCI seront aidés.

Les collectivités territoriales sortent exténuées de cette crise, avec la taxe foncière comme seul levier pour compenser les pertes de recettes tarifaires. Une fois de plus, l'État n'assume pas ses compétences.

Le Gouvernement invoque les économies faites en raison du ralentissement de certaines activités. Oui, à Antibes-Juan les Pins, nous avons ainsi économisé 1,5 million d'euros... mais les pertes de recettes atteignent 9,5 millions d'euros et 2 millions de dépenses supplémentaires nous ont été imposées par la situation. Au total, nous accusons 10 millions d'euros de pertes nettes, soit 5 % du budget. Pourquoi refuser de compenser ces dépenses des collectivités ? Cela leur permettrait de continuer à investir malgré la crise !

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Pour compenser, il faut une vision claire de l'équilibre des recettes et des dépenses. La réalité a parfois été différente de nos prévisions. Nous envisagions, par exemple, un effondrement ds DMTO, il ne s'est pas produit alors que nous avions provisionné 2,7 milliards d'euros.

Je suis très conscient de l'effort des collectivités territoriales dans l'accompagnement des personnes. Nous connaissons désormais l'effort conjoint de l'État et des collectivités territoriales. L'État a pris une forte part de la dette et heureusement qu'il n'a pas été « vertueux » !

Dans le département des Alpes-Maritimes, il a versé 14 millions d'euros de compensations dont 9 millions à la commune de Cannes. Il a joué son rôle et continuera à le faire avec le prochain PLFR.

M. Jean-Marie Mizzon . - Sans surprise, le coût de la pandémie pour nos collectivités territoriales est lourd. Saluons leur réactivité et rendons hommage à leurs élus et leur personnel, qui ont distribué des équipements de protection et continué à lutter contre la fracture numérique. Le Grand Est a ainsi créé le Fonds résistance, avec 44 millions d'euros pour rémunérer le personnel remplaçant, verser des primes exceptionnelles, par exemple aux aides à domicile, ou soutenir l'économie locale. Ces dépenses n'ont été que partiellement compensées par des économies sur les frais de déplacement ou de restauration.

Comment l'État va-t-il aider nos collectivités territoriales, notamment pour compenser les pertes de recettes tarifaires ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Je salue également l'implication des collectivités territoriales et notamment des conseils régionaux. Le Fonds résistance est un très bon exemple de l'agilité des collectivités territoriales ; mais l'État n'a pas été moins agile : il a versé 1,8 milliard d'euros au fonds de solidarité au titre du plan de relance et a garanti 8 milliards d'euros de prêts aux entreprises. Il a aidé massivement les collectivités. C'est ainsi que Metz a reçu 1,2 million d'euros. Quatre AOM ont reçu des compensations fiscales face à une baisse importante du versement mobilité. Quatorze d'entre elles ont reçu 30 millions d'euros d'avances remboursables. Quelques 224 millions d'euros ont été notifiés au titre du plan de relance, qui s'ajoutent aux 50 millions d'euros de DSIL annuels.

Des aides complémentaires seront prévues pour les régies en difficulté.

Nous cadrerons au mieux pour les AOM, dans le cadre du rapport Duron que nous attendons.

M. Jean-Marie Mizzon. - Vous disiez que les recettes des collectivités territoriales ne se portaient pas si mal. J'ai craint que vous n'ajoutiez : grâce à la hausse de la dotation globale de fonctionnement (DGF)... (Sourires) L'humour aurait été quelque peu décapant !

J'ai confiance en votre bonne foi, mais... je ne sais comment vous arrivez à 200 millions d'euros de pertes, alors que l'AMF l'estime plutôt à dix fois plus...

En outre, une avance ne vaut pas une dotation. J'espère que vous donnerez des moyens suffisants pour compenser les opérateurs.

M. Jean-Michel Houllegatte . - Les perspectives sont plutôt positives pour la saison touristique, mais les élus sont inquiets. Une multitude d'acteurs sont en difficulté, dont les offices de tourisme, très fragilisés. Seuls ceux qui sont subventionnés à moins de 50 % ont pu bénéficier du chômage partiel et la taxe de séjour a chuté jusqu'à 40 %.

La compensation de cette perte est liée à la situation financière de la collectivité territoriale. Or, parfois, les recettes globales se sont maintenues, mais celles des offices de tourisme ont chuté fortement. Avez-vous prévu une mesure spécifique dans ce cas ?

Une compensation intégrale est-elle prévue pour les communes possédant un casino, souvent modeste ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Les communes touristiques sont parmi les plus touchées par la crise. Les pertes de taxe de séjour et de recettes de casino seront compensées. La base de calcul pour la taxe de séjour est l'année 2019, plus intéressante que la moyenne de 2017 à 2019.

Quelques 77 millions d'euros de dotations sont allés à des communes classées en stations de tourisme. Plus de la moitié des communes accueillant un casino ont bénéficié de la dotation pour un montant de 62 millions d'euros dont, dans votre région, Deauville, Bagnoles-de-l'Orne, Ouistreham et Trouville, notamment. Cherbourg n'est pas éligible car ses produits fiscaux de 2020 sont supérieurs à ceux de 2017-2019. Il n'y a donc pas de perte.

Quand l'office de tourisme perçoit directement la taxe de séjour, il n'y a pas de compensation à ce stade mais ce cas, assez rare, sera pris en compte dans le cadre du dispositif prévu par le PLFR pour les SPIC.

M. Jean-Michel Houllegatte. - Il faut du cousu main pour répondre à chaque situation. Aujourd'hui, le filet de sécurité est à grosses mailles. Sortez plutôt le filet à crevettes !

M. Bernard Fournier . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Il est très difficile de connaître le coût de la crise pour les collectivités territoriales, tant les situations sont hétérogènes.

Les communes rurales ont été très touchées lorsqu'elles avaient une école ou un centre de loisirs du fait des protocoles sanitaires ; les communes touristiques aussi.

L'État a apporté des aides, mais insuffisantes. Il faudrait un soutien accru à l'investissement mais les appels à projet sont complexes et les élus des plus petites communes, qui n'ont pas l'ingénierie nécessaire, sont découragés. L'État doit les accompagner.

Quelle relance de l'investissement des communes rurales ? Comment simplifier leurs démarches ? (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - L'accroissement du soutien à l'investissement local est destiné à des projets écologiques, à la résilience sanitaire et au patrimoine. La DSIL a été augmentée de 950 millions d'euros pour finaliser des projets. Elle peut être cumulée avec la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR). Quelques 650 millions d'euros bénéficient au bloc communal pour des travaux de rénovation énergétique. Il est prévu d'accompagner les collectivités territoriales pour le montage des projets ; c'est le rôle des sous-préfets territoriaux. Les moyens sont mobilisés en ingénierie : les marchés de l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) sont gratuits pour les communes de moins de 3 500 habitants et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de moins de 15 000 habitants. L'ingénierie doit être partagée au sein de l'EPCI.

Nous allons aussi réfléchir à la compensation pour les écoles.

M. Hussein Bourgi . - La crise sanitaire a eu un impact direct sur les finances locales, mais aussi un impact indirect, en accroissant les difficultés des associations sportives et culturelles. Elles ont perdu des licenciés et des adhérents. Leur trésorerie s'est fortement dégradée et près de 30 000 associations pourraient ne pas survivre à la crise.

Le chômage partiel n'a pas pu aider les associations de bénévoles qui se tournent vers les collectivités territoriales pour obtenir des subventions, pesant ainsi sur des finances locales déjà fortement sollicitées. Quel dilemme pour les élus locaux ! En aidant les associations, ils alourdissent encore la facture locale.

Comment le Gouvernement entend-il aider les communes à sauver ces associations qui oeuvrent en faveur du lien social ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - J'ai déjà évoqué le problème central des pertes de recettes tarifaires. Les SPIC et les SPA seront compensés à hauteur de 200 millions d'euros grâce au PLFR.

Les plus petites collectivités, souvent en régie, sont les plus touchées.

Les associations peuvent bénéficier des aides accordées aux entreprises dans certaines conditions : fonds de solidarité, prêts garantis par l'État, chômage partiel pour les associations qui ont des salariés.

Le Sénat a autorisé, dans la deuxième loi de finances rectificative, le maintien des subventions en cas d'annulation d'un évènement - par dérogation au service fait. Cela aidera les associations à voir l'avenir avec plus d'optimisme.

M. Hussein Bourgi. - J'attendais des avancées plus structurelles comme un chèque pour inciter à adhérer à une association sportive ou culturelle. Ne laissons pas l'habitude de participer à la vie associative se perdre.

M. Daniel Gueret . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Face à la crise sanitaire, trop souvent, les collectivités territoriales ont servi de tampon entre préfet et habitants.

Parfois, un travail admirable en faveur de la vaccination a été réalisé en commun. C'est le cas en Eure-et-Loir, de Chartes à Nogent-le-Rotrou, de Châteaudun à Senonches. Les élus ont mis à disposition leur personnel et recensé les besoins, tout en répondant aux exigences de l'État.

Ces collectivités territoriales assument une mission de service public, mais à quel prix ?

Chartres Métropole a déjà déboursé plus de 280 000 euros. Un bras de fer s'engage sur la signature d'une convention de refacturation puisque l'ARS remet maintenant en cause le remboursement de la location et le gardiennage du site.

Quelles aides pour faire face à cette dépense exceptionnelle alors qu'elle relève d'une compétence de l'État ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Les collectivités territoriales, en particulier les communes et les EPCI, ont soutenu l'État dans la mise en oeuvre de la politique de vaccination. Cela a un coût, évidemment.

Un groupe de travail a été mis en place avec les représentants des élus pour établir une doctrine de compensation.

Le fonds d'intervention régional (FIR) des ARS sera mobilisé pour les dépenses prises en charge par les collectivités territoriales. Les surcoûts seront compensés s'agissant de l'ouverture des centres, labellisés ou non, le week-end.

Les 50 000 euros sur six mois évoqués en février ne sont pas un plafond mais un fonds d'amorçage.

L'État est ainsi engagé aux côtés des collectivités territoriales, dont l'action est remarquable.

M. Philippe Mouiller . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Nombre de communes assument des pertes de recettes importantes liées aux annulations et modérations de loyers de commerces et autres locaux communaux dont elles sont propriétaires. En effet, l'État compense peu ces pertes.

Les régies de gestion des sites touristiques sont également affectées. Or elles ne bénéficient d'aucune aide. Dans les Deux-Sèvres, par exemple, de toutes petites communes gèrent des gîtes. Un soutien spécifique est-il prévu ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Le PLFR consacre 200 millions d'euros aux régies. Cela concerne des communes très différentes, qu'elles soient touristiques, rurales ou autres. Il s'agira d'une dotation budgétaire, non d'une avance remboursable, pour les SPIC comme les SPA.

La loi de finances initiale pour 2021 a prévu un prélèvement exceptionnel de 10 millions d'euros en faveur des communes qui renoncent à la perception de loyers.

M. Philippe Mouiller. - Les 10 millions d'euros ne sont pas à la hauteur des besoins. Dans mon département, par exemple, les crédits ne sont pas au rendez-vous.

Il faudra être réactif pour distribuer les 200 millions d'euros que nous allons voter, notamment pour en faire bénéficier rapidement les plus petites communes. Il ne faudrait pas que les plus grandes passent en priorité.

M. Bruno Rojouan . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Dans la lutte contre la double crise sanitaire et économique, les collectivités territoriales ont pris leur part. C'est le cas de la région Auvergne Rhône-Alpes, avec 1 milliard d'euros pour protéger l'emploi. Cet engagement pour suppléer l'État n'a été, hélas, que très peu compensé.

J'espère que des mécanismes supplémentaires seront mis en oeuvre.

Dans l'Allier, la filière thermale est en crise. Les communes rurales sont particulièrement affectées. En effet, 70 % des établissements thermaux sont installés dans des communes de moins de 5 000 habitants.

Les casinos drainent 400 millions d'euros de recettes par an pour les collectivités territoriales, sans parler de la taxe de séjour. L'impact de la fermeture des établissements thermaux, des hôtels, des restaurants et des casinos dans les villes d'eau est considérable, mais le plan de relance ne prend guère en compte leur spécificité. Comment comptez-vous les accompagner ?

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Il n'y aura certes pas de dotation spécifique pour l'Allier, même si votre département est cher à mon coeur...

La prochaine loi de finances rectificative prévoit une compensation totale des pertes de recettes fiscales de 2020 et 2021.

Cela concerne le produit des jeux et la taxe de séjour. Quelque 4 068 communes et 51 EPCI ont déjà été compensés pour un montant total de 200 millions d'euros. Plus de la moitié des communes accueillant des casinos ont reçu des aides, pour un montant de 62 millions d'euros, dont certaines dans l'Allier.

L'État a aussi remboursé 215 millions d'euros d'achats de masques.

Le Gouvernement est conscient des difficultés des stations thermales. Elles bénéficieront des aides inscrites en faveur des régies dans le prochain projet de loi de finances rectificative et, pour certaines, du plan Avenir Montagnes.

Mme Elsa Schalck . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Après plus d'un an d'efforts contre la crise sanitaire, les élus locaux sont à nouveau en première ligne pour la vaccination. Dans le Bas-Rhin, on dénombre 26 centres de vaccination dont 18 portés par les collectivités territoriales.

Nos élus locaux fournissent un travail colossal avec un grand dévouement. Des agents ont été mobilisés mais des recrutements sont nécessaires pour accompagner la montée en charge de la campagne de vaccination. Tout cela engendre des coûts et les compensations annoncées - 50 000 euros sur six mois - sont insuffisantes. Les collectivités territoriales sont déjà asphyxiées par les baisses de dotations et les pertes de recettes. Mais partout, elles répondent présent. Rassurez les élus locaux et donnez-leur de la visibilité ! Le financement des centres doit être assuré au niveau nécessaire. Que comptez-vous faire et selon quel calendrier ? (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

M. Joël Giraud, secrétaire d'État. - Je n'ai pas toutes les réponses sur le FIR mis en place par le ministère de la santé mais je rappelle qu'il s'agit d'un fonds d'amorçage.

Les discussions se poursuivent pour améliorer la prise en compte des coûts. Les dépenses liées au personnel et au fonctionnement seront bien prises en compte. L'État se tiendra au côté des collectivités territoriales pour réussir la campagne de vaccination. Les centres de proximité font tous les jours la preuve de leur efficacité ! Le ministère de la santé prend bien en compte les spécificités des centres ruraux.

M. Jean-François Husson, pour le groupe Les Républicains . - Oui, les communes ont été en première ligne face à la crise, partenaires loyales de l'État. Elles ont parfois suppléé certaines de ses carences. Elles ont souvent augmenté leurs dépenses sociales au bénéfice des plus précaires. Les départements ont vu leurs dépenses de RSA augmenter de 8 % en 2020. Cela a des conséquences sur les finances d'un tiers d'entre eux.

Communes, intercommunalités et régions ont pris des mesures de soutien économique.

Le coût pour les collectivités territoriales serait de l'ordre de 4 milliards d'euros selon le rapport Cazeneuve, dont 3 milliards d'euros de dépenses supplémentaires. La compensation par l'État est une question qui se pose nécessairement.

Rappelons que les collectivités territoriales n'ont pas la possibilité de s'endetter massivement, contrairement à l'État.

La commission des finances reste fidèle à sa position sur la compensation : privilégier la compensation des pertes de recettes plutôt que mettre en place des dispositifs généraux et automatiques de compensation des dépenses supplémentaires.

Le dysfonctionnement le plus important de l'État concerne les masques. L'État a failli. Heureusement, le Sénat a renforcé la compensation via le « filet de sécurité ».

Deux écueils doivent être évités. D'abord le catastrophisme, car la situation n'est pas aussi grave que certains l'avaient craint. Ensuite, croire que les difficultés sont derrière nous, ce qui est loin d'être le cas. Je pense par exemple aux régies, pour lesquelles les 200 millions d'euros évoqués ne suffiront pas. Nous devons veiller à préserver la capacité d'investissement des collectivités territoriales qui représentent 70 % de l'investissement public local. C'est essentiel pour l'avenir !

La prochaine loi de programmation des finances publiques devra intégrer le rôle des collectivités territoriales dans l'investissement public au service de la relance et d'un aménagement équilibré des territoires. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

La séance est suspendue quelques instants.