Allez au contenu, Allez à la navigation

La France et la gestion des crises africaines : quels changements possibles ?

Rapport d'information de MM. André DULAIT, Robert HUE, Yves POZZO di BORGO et Didier BOULAUD, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées n° 450 (2005-2006) - 3 juillet 2006

La France, y compris dans le champ de ses partenariats historiques, n'entend plus être le « gendarme de l'Afrique ».

Sur le plan militaire, cette nouvelle approche a connu sa première application à Abidjan, en 1999, lorsque la France a décidé de ne pas intervenir après le coup d'Etat contre le président Konan Bédié.

Depuis septembre 2002, c'est encore à Abidjan qu'est mis en oeuvre un mode nouveau de règlement des crises avec, certes, un engagement direct des troupes françaises, mais sous le mandat de l'organisation des Nations unies, et en appui à une force régionale africaine.

C'est cette évolution dans les modes de gestion des crises et la place que peut y prendre notre pays que votre Commission a souhaité approfondir.

En complétant ses travaux à Paris et à Bruxelles par un déplacement en Afrique du sud et au Sénégal, elle a souhaité apprécier dans quelle mesure l'aspiration des Africains à prendre en charge la sécurité du continent pouvait rencontrer celle de la France à y tenir un rôle nouveau.

L'enjeu est désormais de construire un partenariat sécuritaire qui soit à la fois légitime et efficace.

Tous les documents de la rubrique