Allez au contenu, Allez à la navigation

Les enjeux économiques, environnementaux, sanitaires et éthiques des biotechnologies à la lumière des nouvelles pistes de recherche

Rapport d'information de M. Jean-Yves LE DÉAUT, député et Mme Catherine PROCACCIA, sénateur, fait au nom de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques n° 507 tome II (2016-2017) - 14 avril 2017

Les biotechnologies ont connu, depuis quarante ans, un développement croissant dans le monde avec l'utilisation des technologies de transgenèse. L'invention des technologies de modification ciblée du génome (genome editing) et, en particulier, l'innovation de rupture que constitue

CRISPR-Cas9, associant un scalpel moléculaire et un guide qui permet les interventions au gène près, constitue les prémices d'une révolution qui s'annonce. On pourra, demain, « réparer » le génome. Les applications concernent des domaines aussi divers que la médecine, l'agriculture, l'environnement ou les procédés industriels. Elles suscitent un espoir considérable pour soigner des maladies jusqu'alors incurables, mais posent plusieurs questions éthiques, notamment celle de la modification héréditaire du génome humain. Le forçage génétique (gene drive) est prometteur pour la lutte contre la transmission de maladies par des insectes. De nouvelles technologies de sélection végétale permettront d'améliorer les espèces végétales utilisées dans l'agriculture. Il ne s'agit pas d'« OGM cachés », comme le déclarent les opposants systématiques aux anciennes et aux nouvelles biotechnologies, mais d'un outil prometteur bien plus précis que les méthodes de sélection utilisées par l'homme depuis des siècles.

Le rapport présente une vingtaine de recommandations sur la nécessité de continuer des recherches. Il souhaite qu'un comité permanent, une sorte de GIEC des biotechnologies, évalue la fiabilité de ces techniques et soit un lieu d'échange sur les questions éthiques. La révision de la loi de bioéthique prévue en 2018 devra tenir compte de ces nouvelles avancées. Le rapport réclame qu'une loi fondatrice clarifie l'encadrement législatif et réglementaire des biotechnologies vertes. Il souligne enfin la nécessité d'un débat public renouvelé et propose que, dès 2018, ce rapport soit le matériau d'un débat dans toutes les classes de terminale en France sur l'intérêt et les risques de ces nouvelles biotechnologies, dans le cadre du thème « génétique et évolution » du programme de sciences de la vie et de la Terre.

Tous les documents de la rubrique