Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan de relance de la commission des affaires économiques Tome V : Industrie

Rapport d'information de M. Alain CHATILLON et Mme Valérie LÉTARD, fait au nom de la commission des affaires économiques n° 535 tome V (2019-2020) - 17 juin 2020

Alors que l'ensemble du pays est en train de passer dans le vert au regard de la crise sanitaire, l'économie française rentre dans le rouge avec la chute de la croissance la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale. C'est pourquoi la commission des affaires économiques du Sénat s'est, dès le début de la crise, constituée en cellules sectorielles de veille, de contrôle et d'anticipation pour mesurer l'impact de la crise, évaluer les mesures prises dans le cadre du plan d'urgence, puis dans la phase de déconfinement et désormais pour relancer l'économie.

À l'issue de ce travail de plusieurs mois, avec plusieurs centaines d'auditions, des retours du terrain de sénateurs issus de tous les départements et de toutes les sensibilités politiques, la commission des affaires économiques a élaboré un plan de relance de l'économie française avec près de 200 mesures concrètes qui visent, au delà de la préservation de l'activité, à moderniser l'économie française pour la faire repartir sur de bons rails et renouer avec une croissance durable.

M. Alain Chatillon, Mme Valérie Létard et M. Martial Bourquin présentent 18 propositions pour une relance industrielle stratégique.

Souhaitant aller plus loin qu'une succession de plans sectoriels pilotés par l'État, les rapporteurs défendent la revalorisation de l'échelon territorial au plus près des besoins des entreprises, grâce à des instruments d'investissement et de développement renouvelés. Dans un contexte de concurrence mondiale exacerbée, ils appellent l'Union européenne à mener une politique plus volontariste, alliant des échanges plus équilibrés, la relocalisation d'activités stratégiques et la protection de son tissu industriel. Enfin, pour une relance véritablement stratégique, le soutien immédiat aux entreprises fragiles devra se doubler d'un choc d'investissement dans la modernisation et la transition environnementale de l'outil industriel, et d'une poursuite des efforts d'amélioration de la compétitivité française.

A lire aussi

Tous les documents de la rubrique