Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Communiqué du 24 novembre 2010

Violences envers les femmes : Michèle André salue les efforts convergents des défenseures des droits des femmes au Sénat et à l’Assemblée nationale

Mme Michèle André (soc., Puy-de-Dôme), présidente de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, tient à rappeler, à la veille de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le rôle joué par le Parlement et, en particulier, par ses délégations aux droits des femmes dans l’élaboration des dispositifs juridiques qui permettent aujourd’hui de mieux protéger les victimes de ces violences et de lutter contre un phénomène longtemps tabou mais qui constitue l’une des plaies de notre société. Ces dispositions législatives ont en effet été introduites dans le droit français par la loi du 4 avril 2006, issue d’une proposition de loi d’origine sénatoriale, et viennent d’être complétées par la loi du 9 juillet 2010, qui résulte d’une proposition de loi émanant de l’Assemblée nationale.

Dans ce contexte, et alors que la lutte contre les violences envers les femmes a été déclarée « grande cause nationale pour 2010 », Michèle André s’était alarmée de la diminution, dans le projet de loi de finances pour 2011, des enveloppes financières consacrées aux actions en faveur des femmes alors que celles-ci ont, entre autres, vocation à venir en aide aux victimes des violences au sein du couple.

Elle se réjouit que les démarches entreprises respectivement auprès du Sénat et de l’Assemblée nationale par elle-même et par Chantal Brunel, députée et rapporteure de l’Observatoire de la parité, aient permis de renforcer ces lignes budgétaires.

Elle appelle le Gouvernement à se montrer vigilant pour que les marges de manœuvres financières retrouvées, dans un domaine sensible, grâce à ces démarches convergentes permettent d’assurer dans de bonnes conditions l’accueil, l’orientation et l’hébergement des victimes de ces violences ainsi que le traitement des hommes violents.

 

Contact presse : Sophie de Maistre   01.42.34.36.39   s.demaistre@senat.fr