Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Devant la commission du développement durable, Jean-Paul Delevoye insiste sur les conséquences positives de la prise en compte de la dimension environnementale des politiques publiques


Jeudi 29 mars 2012

La commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire du Sénat, présidée par Raymond Vall (RDSE – Gers), a consacré sa première audition à Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental, afin de souligner la place donnée aux aspects environnementaux des politiques publiques tant par le Conseil économique, social et environnemental que par le Sénat où, à l’initiative du Président Jean-Pierre Bel, une nouvelle commission permanente a été créée à cet effet.

Jean-Paul Delevoye a présenté les récents travaux du Conseil dans le domaine de compétences de la commission : sur le G20 pour lequel le Conseil a estimé indispensable d’intégrer une vraie dimension environnementale, sur le bilan du Grenelle de l’environnement dont la dynamique s’essouffle malgré le succès de la méthode suivie, sur la biodiversité, sur les négociations climatiques en préalable à la Conférence de Durban, sur la sécurité des plateformes pétrolières ainsi que sur le schéma national d’infrastructures de transport (Snit).

Il a insisté sur quelques thèmes importants : la temporalité qui ne doit plus être systématiquement celle de l’urgence mais celle du temps long et des solutions durables ; l’éveil de la conscience citoyenne et la définition d’une vraie pédagogie des enjeux ; la mise en place de financements innovants, notamment de long terme ; la hiérarchisation des choix, par exemple en matière d’infrastructures de transport ; la coordination entre les échelons locaux, nationaux et européens ; la définition d’indicateurs objectifs de développement durable ; la préparation d’une mutation de la société face aux nouvelles donnes mondiales, en particulier en termes de rareté des ressources.

Raymond Vall a fait valoir que ces préoccupations étaient partagées par l’ensemble des membres de la commission du développement durable dont les travaux reflèteront les sujets évoqués. Il s’est déclaré partisan d’une coopération active avec les différentes sections du Conseil dont les attributions recoupent celles de la commission.

Contact(s) presse :