Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Mme Chantal Jouanno évoque avec une délégation de femmes coréennes et japonaises les "femmes de réconfort"


Mardi 2 décembre 2014

Mme Chantal Jouanno (UDI-UC - Paris), présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, et Mme Brigitte Gonthier-Maurin (CRC - Hauts-de-Seine), qui a présidé cette délégation jusqu’en septembre 2014, ont reçu le 2 décembre 2014 une délégation de femmes coréennes et japonaises venues leur exposer les difficultés des "femmes de réconfort" qui, pour la plupart originaires de Corée, ont été détenues comme esclaves sexuelles par l’Armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette délégation a exprimé le souhait d’une reconnaissance officielle des souffrances infligées à ces victimes de la guerre.

Mme Won-Ok Kil, survivante, participait à cette rencontre et a livré un témoignage bouleversant des épreuves qu’elle a traversées pendant cinq ans, de 13 à 18 ans.

L’attention de la délégation aux droits des femmes du Sénat avait été attirée sur ce sujet dans le cadre d’un rapport consacré aux viols de guerre(1), paru en décembre 2013.

Mmes Chantal Jouanno et Brigitte Gonthier-Maurin forment des vœux pour que satisfaction soit donnée à tous ceux et à toutes celles qui militent pour la reconnaissance officielle des souffrances des « femmes de réconfort ».

 

 

(1) Pour que le viol et les violences sexuelles cessent d’être des armes de guerre, rapport d’information n° 212 (2013-2014), fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes par Mme Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice.

 

Contact(s) presse :