Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

La commission des affaires étrangères et de la défense présente son "cahier des charges" pour la future loi d’orientation sur la solidarité internationale


Vendredi 24 janvier 2020

À l’issue d’une mission d’information à Madagascar, les sénateurs Jean-Pierre Vial, Marie-Françoise Perol-Dumont et Jacques Le Nay insistent sur l’importance des réformes à mener pour améliorer la politique française d’aide publique au développement (APD).

Tout en saluant la qualité des projets mis en œuvre par l’Agence française de développement (AFD), Jean-Pierre Vial, co-rapporteur (Les Républicains - Savoie), a souligné qu’"il y a des résultats ponctuels mais cela n’a pas vraiment fait reculer la pauvreté car le pays ne s’était pas mis sur une trajectoire de développement jusqu’à une période récente". Dès lors, la stratégie et l’amélioration du pilotage politique de l’aide en lien avec le Gouvernement du pays aidé doivent, plus que jamais, constituer des priorités.

Marie-Françoise Perol-Dumont, co-rapporteure (Groupe socialiste et républicain - Haute-Vienne), a par ailleurs rappelé le rôle important joué par la coopération décentralisée, particulièrement visible à Madagascar, notamment en zone rurale : "c’est un aspect qui ne doit pas être oublié dans la future loi d’orientation : les collectivités ont cette capacité à intervenir au plus près du terrain en mobilisant leur expertise locale".

Jacques Le Nay (Groupe Union Centriste - Morbihan) a relevé "la pertinence des Fonds de solidarité pour les projets innovants, les sociétés civiles, la francophonie et le développement humain (FSPI)", mis en œuvre par le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade et dont les crédits sont en augmentation dans la loi de finances pour 2020. Ces FSPI se traduisent à Madagascar par la mise en œuvre de cinq projets, notamment en matière d’éducation et de francophonie, de taille modeste mais à fort effet de levier pour l’influence française.

Au total, comme l’a souligné le président de la commission, Christian Cambon : "ce déplacement aura été pour la commission l’occasion de "tester" ce qui constituera son "cahier des charges" pour la loi d’orientation sur la solidarité internationale : la définition d’une stratégie claire et forte pour la politique d’APD, en lieu et place de l’actuel catalogue de priorités décliné par chacune des entités qui y participent ; un pilotage renforcé ; une meilleure articulation des financements bilatéraux et multilatéraux ; la promotion de l’expertise française ; enfin un effort inédit pour améliorer l’évaluation de l’impact des projets et instaurer un pilotage de l’aide par les résultats". Christian Cambon ajoute : "Le projet de loi d’orientation sur la solidarité internationale doit être déposé sans tarder. Le Sénat est prêt pour son examen".

Le rapport d’information

Contact(s) presse :