Allez au contenu, Allez à la navigation

Arrêt de recrutement des professeurs d'enseignement général de collèges

8e législature

Question écrite n° 04176 de M. Daniel Percheron (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/01/1987 - page 86

M. Daniel Percheron attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la décision ministérielle d'arrêt de recrutement des professeurs d'enseignement général certifiés (P.E.G.C.). En effet, cette décision semble devoir entraîner à la prochaine rentrée scolaire l'affectation dans un lycée des directeurs d'études. Professeurs agrégés choisis hors barème par l'inspection générale, les directeurs d'études sont parfois depuis vingt-cinq ans, toujours depuis de nombreuses années, des formateurs à plein temps. Ils ont ainsi acquis une compétence particulière. S'ils se félicitent d'une décision destinée à élever le niveau des professeurs, ils ne peuvent comprendre que l'on détruise le potentiel de formation qu'ils représentent et que l'on néglige le matériel d'enseignement accumulé dans les centres qu'ils animent, alors que les besoins de formation ne font que croître puisque aux nouveaux professeurs, qu'il faudra aussi préparer au métier, s'ajouteront les P.E.G.C. existants (80 000) qu'il y aura lieu d'élever au C.A.P.E.S. interne, sans oublier l'importance croissante de la formation continue dont les directeurs d'études sont actuellement les piliers et sans doute la poursuite de la rénovation des collèges. En conclusion, il lui demande s'il ne serait pas possible de maintenir les directeurs d'études dans les fonctions de formateurs.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 07/05/1987 - page 707

Réponse. -Les 210 directeurs d'études des C.R.F.-P.E.G.C. représentent un potentiel de compétence et d'expérience dont on ne saurait raisonnablement se passer. La suppression de leurs postes a conduit l'administration à les faire bénéficier des mesures dites " de carte scolaire " qui leur donne une affectation prioritaire. Ils ont tous été réaffectés en lycée, exceptionnellement en collège, le plus ouvent au chef-lieu d'académie. Des mesures complémentaires, sous forme de décharge de service leur permettant de poursuivre une activité de formation initiale ou continue des maîtres, seront annoncées très prochainement. En aucun cas les intérêts de ces enseignants ne seront méconnus.