Allez au contenu, Allez à la navigation

Tourisme: fiabilité des statistiques

8e législature

Question écrite n° 04757 de M. Yves Goussebaire-Dupin (Landes - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 26/02/1987 - page 277

M.Yves Goussebaire-Dupin expose à M. le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'industrie, des P. et T. et du tourisme, chargé du tourisme, que la connaissance des marchés est un élément indispensable au développement du tourisme. Son ministère a prévu la réalisation de statistiques fiables permettant aux collectivités territoriales et aux professionnels de mieux connaître leur future clientèle. Il lui demande de lui préciser où en est son action dans ce domaine.



Réponse du ministère : Tourisme

publiée dans le JO Sénat du 16/07/1987 - page 1129

Réponse. -L'effort public pour améliorer la connaissance statistique et économique du tourisme a été fortement accru en 1987, puisque c'est désormais une ressource globale de l'ordre de 10 millions de francs qui vient conforter et compléter les instruments traditionnels que sont les enquêtes vacances faites par l'I.N.S.E.E., les enquêtes annuelles d'entreprises dans les services et la quantification du poste " voyages " de la balance des paiements. Cet effort présente, en outre, la caractéristique, unique en matière de statistiques, d'être partiellement décentralisé, puisque treize régions ont conclu avec l'Etat un contrat particulier sur ce sujet, ce qui reflète la nature du tourisme dont les caractéristiques spatiales sont telles qu'une amélioration de la connaissance n'a de sens et d'intérêt que si elle est articulée avec les préoccupations régionales. Il est toutefois certain que c'est seulement à moyen terme que sera perçue une nette amélioration de la connaissance du secteur. En effet, l'expérience acquise pour d'autres branches, comme l'agriculture ou les transports, montre qu'il faut plusieurs années pour constituer un système statistique répondant aux besoins essentiels des différents utilisateurs. Pour ce qui est des thèmes à privilégier lors de la constitution de cet appareil statistique, l'examen des besoins exprimés par les professionnels, les collectivités territoriales et les administrations a mis en évidence trois tâches prioritaires : 1° l'évaluation synthétique du poids du tourisme et de ses principales composantes, permettant d'articuler une réflexion collective sur le sens des évolutions ; 2° la connaissance des flux de clientèles : origine des touristes, motivations et structure de dépense ; 3° l'appréhension des évolutions conjoncturelles et l'amélioration des instruments permettant d'effectuer, dans des délais brefs, des bilans de saison. En ce qui concerne le premier point, il a été décidé de ré activer la procédure de confection des comptes du tourisme. Un chiffrage des années 1984, 1985 et 1986 sera disponible à l'automne 1987. Cette évaluation reprend la méthodologie mise au point en 1979, notamment en ce qui concerne le rôle central joué par le chiffrage de la consommation touristique intérieure, mais s'efforce simultanément de procéder à des recoupements avec des informations sur l'offre issues des enquêtes annuelles d'entreprises et d'utiliser les différents travaux déjà effectués par les régions. Ce document, dont certaines parties resteront évaluatives tant que l'effort d'amélioration de la connaissance statistique n'aura pas été mené à son terme, devrait permettre l'instauration d'une réflexion commune aux différents partenaires du tourisme, selon les schémas des commissions des comptes de la nation. Il devrait, en outre, fournir le cadre de référence pour organiser, de manière cohérente, l'effort de collecte statistique. Pour ce qui est de la connaissance des flux de clientèles, une enquête sera faite en 1987 dans les établissements hôteliers de l'Ile-de-France pour connaître le montant moyen de la structure des dépenses des touristes étrangers ; elle pourra être étendue en 1988 à d'autres régions volontaires pour cela ou à d'autres formes d'hébergement. Par ailleurs, un dispositif statistique permettant d'apprécier le nombre de touristes de chaque nationalité venant en France sera étudié dès la fin 1987 et certains travaux pourraient être réalisés à partir de 1988. Dans ce domaine, il est à noter que la fiabilité des résultats pourrait être améliorée et les coûts diminués si les pays européens coordonnaient leurs efforts. Aussi des propositions de travail précises seront faites à la première réunion des statisticiens du tourisme que l'office statistique de la Communauté européenne organise fin juin. La connaissance des flux de clientèle française constitue, quant à elle, un domaine privilégié de coopération avec les régions. Plusieurs de celles-ci, notamment le Languedoc-Roussillon, l'Aquitaine et la Bourgogne, ont constitué, dans le cadre des contrats Etat-régions, des systèmes d'observations permettant d'affiner les données issues de l'enquête vacances que réalise l'I.N.S.E.E. Néanmoins, des progrès nouveaux pourront encore être obtenus dans ce cadre. Enfin, pour ce qui est du suivi conjoncturel du tourisme et des bilans de saison, plusieurs travaux en cours devraient permettre, d'une part, une meilleure mobilisation des données existantes et, d'autre part, de pallier pour partie les délais dans lesquelssont disponibles les résultats d'enquêtes. Par ailleurs, les contrats Etat-régions ont permis la mise en place d'instruments efficaces qu'il convient d'aménager afin qu'ils autorisent la réalisation de synthèses interrégionales et les enquêtes de fréquentation auprès de l'hôtellerie et des campings pourront être progressivement réaménagées de manière à en faire des instruments d'analyse conjoncturelle comme c'est déjà le cas en Ile-de-France et dans certaines régions. ; et les coûts diminués si les pays européens coordonnaient leurs efforts. Aussi des propositions de travail précises seront faites à la première réunion des statisticiens du tourisme que l'office statistique de la Communauté européenne organise fin juin. La connaissance des flux de clientèle française constitue, quant à elle, un domaine privilégié de coopération avec les régions. Plusieurs de celles-ci, notamment le Languedoc-Roussillon, l'Aquitaine et la Bourgogne, ont constitué, dans le cadre des contrats Etat-régions, des systèmes d'observations permettant d'affiner les données issues de l'enquête vacances que réalise l'I.N.S.E.E. Néanmoins, des progrès nouveaux pourront encore être obtenus dans ce cadre. Enfin, pour ce qui est du suivi conjoncturel du tourisme et des bilans de saison, plusieurs travaux en cours devraient permettre, d'une part, une meilleure mobilisation des données existantes et, d'autre part, de pallier pour partie les délais dans lesquelssont disponibles les résultats d'enquêtes. Par ailleurs, les contrats Etat-régions ont permis la mise en place d'instruments efficaces qu'il convient d'aménager afin qu'ils autorisent la réalisation de synthèses interrégionales et les enquêtes de fréquentation auprès de l'hôtellerie et des campings pourront être progressivement réaménagées de manière à en faire des instruments d'analyse conjoncturelle comme c'est déjà le cas en Ile-de-France et dans certaines régions.