Allez au contenu, Allez à la navigation

CEE: concertations pour la mise en place de Superphénix

8e législature

Question écrite n° 04950 de M. Pierre-Christian Taittinger (Paris - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 05/03/1987 - page 306

M. Pierre-Christian Taittinger demande à M. le ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères, chargé des affaires européennes, comment évoluent les négociations engagées avec nos partenaires de la Communauté concernant la mise en place de Superphénix, dans le cadre de la coopération européenne, l'épuisement inéluctable des sources d'énergie rendant indispensable le recours aux surgénérateurs à l'horizon du prochain millénaire.



Réponse du ministère : Affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 09/04/1987 - page 528

Réponse. -Dès ses premières réalisations expérimentales en matière de surgénérateurs, la France s'est efforcée de conduire son action dans le cadre d'une coopération internationale. C'est dans un tel cadre et à son initiative qu'a été engagée et menée à bien la construction du réacteur Superphénix, principal exemple de la réussite de cette coopération. Les liens étroits et la collaboration très fructueuse noués depuis plusieurs années dans le domaine des surgénérateurs entre la France et l'Italie, d'une part, l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, d'autre part, ont été étendus à la Grande-Bretagne. A cet effet, un mémorandum d'accord relatif à la coopération dans le domaine des réacteurs surgénérateurs a été signé le 10 juin 1984. La coopération qu'engage cet accord illustre la capacité des nations européennes de concevoir et de maîtriser les moyens de leur avenir. Les réunions des représentants des signataires du mémorandum de 1984, la poursuite des études du surgénérateur allemand S.N.R. 2, et de Superphénix 2 témoignent bien de l'intérêt convergent des principaux pays occidentaux pour le développement de cette filière.