Allez au contenu, Allez à la navigation

Vérificateurs de la distribution et de l'acheminement

8e législature

Question écrite n° 05114 de M. André Meric (Haute-Garonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 19/03/1987 - page 405

M.André Méric rappelle à M. le ministre délégué auprès du ministre de l'industrie, des P. et T. et du tourisme, chargé des P. et T., que périodiquement, depuis plus d'une décennie, la direction générale de la poste et les ministres concernés qui se sont succédé reconnaissent l'urgence et la priorité à accorder au dossier catégoriel des vérificateurs de la distribution et de l'acheminement. Sans relâche aussi, les arguments sont avancés pour expliquer le freinage du processus qui doit conduire au reclassement de l'ensemble des véficateurs en catégorie A de la fonction publique. Tour à tour, il est fait état de rigueur budgétaire, de conjoncture difficile, de directives gouvernementales contraires ou d'un veto des autorités de tutelle. Avec tant de prétextes et sauf modification, 400 vérificateurs resteront à reclasser à la fin de l'année 1988. Aucune perpective ne semble retenue à leur égard. En cette année 1987 où on dit que le dialogue social doit s'approfondir, que la politique d'intéressement doit se développer, que le pragmatisme doit prévaloir dans les relations de travail, qu'en sera-t-il de la fin du dossier des vérificateurs. La perpective de 200 promotions prévues sur deux ans aurait pu constituer une amorce intéressante dans des conditions d'avancement normales. Au lieu de cela, les promotions interviendront après une sévère sélection et ce, contrairement aux orientations du Gouvernement rapportées en réponse à une question écrite (J.O. Assemblée nationale, Débats parlementaires, questions du 29 septembre 1986, p. 3392 et 3393). Il s'agissait en substance de favoriser la promotion sans examen, ni concours pour les agents les plus anciens. Lors d'une audience accordée à leurs représentants, le directeur général d'alors annonçait que les vérificateurs pourraient choisir leur affectation ou conserver leur poste à la faveur d'une promotion au grade d'inspecteur. Or, récemment, la D.G.P. vient d'ériger en condition sine qua non l'affectation hors de leur direction d'attache des vérificateurs bénéficiant d'une promotion au grade d'inspecteur. Est-ce comme cela que l'on récompense des agents dits économiques au rôle prépondérant. Généralement la procédure est différente. Pour s'en persuader, il suffit d'examiner les récents aménagements apportés au déroulement de carrière de corps spécifiques appartenant à d'autres administrations pour des dossiers de date moins ancienne. Tous ces éléments sont ressentis comme une désobligeance inacceptable au sein de la vérification. Il lui demande quelles mesures il compte prendre pour faire cesser cette situation dans les délais les plus brefs.



Réponse du ministère : Postes et télécommunications

publiée dans le JO Sénat du 14/05/1987 - page 767

Réponse. -Le projet d'intégration en catégorie A des vérificateurs de la distribution et de l'acheminement est une priorité de la politique de personnel de la poste depuis plusieurs années. S'appuyant sur le renforcement des missions des établissements dans le cadre de la déconcentration des responsabilités, ce plan a fait l'objet d'un nouvel examen approfondi avec les ministères de tutelle lors des négociations budgétaires pour 1987. C'est ainsi qu'a été décidée, dans un premier temps, la création de deux cents emplois d'inspecteur des services commerciaux et administratifs au titre des budgets de 1987 et 1988. La direction générale de la poste entend poursuivre ces négociations lors de la préparation budgétaire pour 1989 dans le but de prolonger cette réforme au-delà des décisions arrêtées. Les conditions retenues dans le cadre du budget pour ce reclassement sont les suivantes : 1° accès en catégorie A par examen professionnel : cette procédure spécifique perme
t de réserver aux seuls vérificateurs des services de la distribution-acheminement candidats les deux cents emplois obtenus ; il convient à cet égard de souligner que le taux de sélection pour l'accès au grade d'inspecteur, qui était pour ces agents de l'ordre de 15 p. 100 au cours des dernières années, est nettement amélioré dans le cadre de la mise en oeuvre prioritaire du plan de valorisation des fonctions de vérificateur des services de la distribution-acheminement, puisqu'il devrait être de l'ordre de 25 p. 100 ; 2° nomination en établissement : dans le cadre de la politique de déconcentration et de développement de la poste, il apparaît essentiel que les chefs d'établissement important disposent auprès d'eux de la compétence nécessaire à la mise en place et au suivi de l'organisation du réseau de distribution du courrier et à l'amélioration de la gestion de ces services. C'est pourquoi un effort tout particulier doit être fait pour l'affectation de cadres de la distribution et de l'acheminement dans les établissements.