Allez au contenu, Allez à la navigation

Classes de sport-études

8e législature

Question écrite n° 05760 de M. André Delelis (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 23/04/1987 - page 618

M.André Delelis fait part à M. le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la jeunesse et des sports, des inquiétudes exprimées par les milieux scolaire et sportif relatives aux menaces qui pèsent sur les classes de sport-études. En effet, l'annonce d'un réaménagement possible, voire de la suppression pure et simple des sections sport-études, n'a pas manqué de susciter l'étonnement et la désapprobation de ceux qui, à des titres divers, ont pu vérifier les effets bénéfiques d'un système permettant conjointement la poursuite des études et la pratique d'un sport, à l'instar de ce qui se fait dans les grandes universités américaines. Force est de convenir que l'élimination du paysage sportif et éducatif de notre pays des sections sport-études constituerait une véritable atteinte au développement du sport et découragerait de nombreux jeunes qui se verraient contraints dans leur passion et leur choix de vie. Se faisant l'écho des sportifs, des professeurs et des parents d'élèves, il lui demande s'il envisage de les rassurer rapidement.



Réponse du ministère : Jeunesse et sports

publiée dans le JO Sénat du 23/07/1987 - page 1146

Réponse. -Les sections sport-études constituent depuis 1974 une structure essentielle dans la politique nationale du sport de haut niveau. Permettant de concilier études secondaires et activités sportives, leur principe n'est nullement remis en cause par le secrétariat d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la jeunesse et des sports. Toutefois, l'enquête nationale effectuée en 1985 en vue d'apprécier le fonctionnement des sections sport-études et des sections sportives promotionnelles a révélé la nécessité de rationaliser le système existant. Parallèlement une réflexion plus large est menée avec le ministère de l'éducation nationale pour redéfinir la politique du sport de haut niveau en milieu scolaire intégrant les centres permanents d'entraînement et de formation. A la fin de cette année interviendra une circulaire rappelant les principes et les modalités d'organisation de la scolarité des élèves du second degré qui se préparent à la pratique sportive dehaut niveau. Dans le prolongement de l'action menée dans le cadre de l'enseignement secondaire et pour répondre à l'attente du mouvement sportif et des athlètes, le ministre délégué à la recherche et à l'enseignement supérieur et le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la jeunesse et des sports ont récemment signé une convention fixant un réseau national d'universités sportives qui complète le dispositif en faveur du sport de haut niveau.