Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la SFPO de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

8e législature

Question écrite n° 05960 de M. Jean-Luc Bécart (Pas-de-Calais - C)

publiée dans le JO Sénat du 07/05/1987 - page 687

M.Jean-Luc Bécart attire l'attention de M. le ministre de l'industrie, des P. et T. et du tourisme sur la situation préoccupante que connaît à nouveau l'entreprise S.F.P.O. de Boulogne-sur-Mer. Il est annoncé dans cette usine, une future vague de licenciements qui pourrait toucher 15 p. 100 des effectifs. Deuxième usine, au plan mondial, pour la fabrication du ferromanganèse, la S.F.P.O. peut s'enorgueillir de maintenir son carnet de commandes à un bon niveau. En conséquence, il lui demande quelles mesures il compte prendre pour conserver dans son état actuel, l'activité de la dernière entreprise importante dans une agglomération terriblement touchée par le chômage. Dans le cadre de ces mesures, il lui demande aussi de faire en sorte que la clarté soit faite sur la situation financière de cette usine.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 15/10/1987 - page 1639

Réponse. -La société du ferromanganèse de Paris-Outreau (S.F.P.O.) a enregistré une grave détérioration de sa situation financière au cours de l'année 1986 ; ces difficultés résultent de la forte baisse du prix de vente de ses produits due principalement à la concurrence de l'Afrique du Sud. L'industrie du ferro-manganèse est caractérisée par l'âpreté de la compétition mondiale, résultant d'une très importante surcapacité de production ; de ce fait, la survie de l'usine de Boulogne est liée à l'abaissement de ses prix de revient, celui-ci ne pouvant être obtenu que par des innovations techniques et une amélioration de la productivité. A production constante imposée par le marché, ces progrès se traduisent par une nécessaire réduction de l'effectif, qui pourrait à la fin de l'année 1987 ne plus compter que 450 salariés, d'après les informations communiquées par l'entreprise. Il convient de préciser, par ailleurs, que pour combler les pertes importantes enregistrées par la société en 1986 et rétablir l'équilibre financier, les dirigeants et les actionnaires de la S.F.P.O. ont entrepris de reconstituer ses fonds propres.