Allez au contenu, Allez à la navigation

Rapport du comité national d'évaluation des universités

8e législature

Question écrite n° 06270 de M. Pierre-Christian Taittinger (Paris - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 21/05/1987 - page 791

M.Pierre-Christian Taittinger demande à M. le ministre délégué auprès du ministre de l'éducation nationale, chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur, quelles idées et quelles suggestions il compte retenir du rapport que vient de présenter à M. le Président de la République le Comité national d'évaluation des universités.



Réponse du ministère : Recherche et enseignement supérieur

publiée dans le JO Sénat du 17/09/1987 - page 1482

Réponse. -Le Comité national d'évaluation des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel prévu par la loi du 26 janvier 1984 doit, notamment, établir et publier périodiquement un rapport sur son activité et sur l'état de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le rapport publié en mai 1987 est constitué d'un texte qui est l'oeuvre collective du comité et d'une préface de son président à titre de contribution personnelle. Le corps du rapport donne une description du système universitaire et suggère certains objectifs : organisation du premier cycle pour accueillir l'afflux des étudiants, symbiose nécessaire entre le C.N.R.S. et l'Université, réaffirmation de l'autonomie des universités et, enfin, nécessité d'une loi de programmation sur les équipements et les personnels. Le rapport du Comité national d'évaluation est un élément qui s'insère dans le contexte de la réflexion que le Gouvernement entend mener pour trouver des réponses adaptées à la situation de l'Université. Le ministre de l'éducation nationale et le ministre délégué auprès du ministre de l'éducation nationale, chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur, ont engagé, dans cet esprit de prospective, de concertation et de progrès, deux actions : dans le cadre du ministère de l'éducation nationale, d'abord, est développée une réflexion prospective qui doit déboucher sur un plan pluriannuel de développement ; ensuite, le ministre chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur met en place un groupe de travail intitulé : " Demain, l'Université ", qui, indépendamment du bilan des expériences conduites depuis le mois de janvier, associera, ainsi que cela a été exposé par le ministre aux présidents d'université qui ont été invités à y participer, tous ceux qui peuvent contribuer à la réflexion sur l'avenir du système universitaire, c'est-à-dire des personnalités représentatives de toutes les forces vives de la nation et issues des tendances les plus diverses. Cette réflexion portera sur les missions culturelles de l'Université, sur sa finalité professionnelle, sur sa mission de recherche. Un groupe de travail particulier sera parallèlement constitué sur le problème de la condition des universitaires, tant professionnelle que sociale. L'ensemble de ces réflexions doit aboutir d'ici à la fin de la présente année.