Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation des orthophonistes

8e législature

Question écrite n° 07333 de M. Jean-Pierre Blanc (Savoie - UC)

publiée dans le JO Sénat du 06/08/1987 - page 1208

M.Jean-Pierre Blanc appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'organisation des études en vue d'obtenir le certificat de capacité d'orthophoniste. Il lui rappelle qu'il est envisagé de modifier l'arrêté du 16 mars 1986 qui fixe le régime de ces études, afin de supprimer 400 heures de cours. Il lui demande de bien vouloir lui indiquer si cette information est exacte et, dans cette hypothèse, s'il ne croit pas que cette décision soit susceptible de compromettre la formation des orthophonistes.

Transmise au ministère : Recherche et enseignement supérieur



Réponse du ministère : Recherche et enseignement supérieur

publiée dans le JO Sénat du 22/10/1987 - page 1691

Réponse. -L'enseignement de l'orthophonie est actuellement régi par les dispositions de l'arrêté du 14 décembre 1972 et couvre un volume horaire de 833 heures. Depuis plusieurs années, une réflexion s'est engagée sur la nécessité de procéder à une adaptation et à un approfondissement de cette formation. Une commission a travaillé sur des projets comportant un accroissement des charges pédagogiques jusqu'à un maximum de 1579 heures d'enseignement institutionnel. L'arrêté du 16 mai 1986 a concrétisé ces travaux. Cette évolution devait s'accompagner d'une régulation des flux à l'entrée des études dont les modalités n'étaient pas précisément définies. En outre, les responsables de cet enseignement ont attiré l'attention du ministre de la recherche et de l'enseignement supérieur sur le fait que certains éléments de l'arrêté du 16 mai 1986, notamment l'évaluation des aptitudes, posaient de réels problèmes pratiques. Après une série de rencontres et de réunions deconcertation avec le ministère de la santé et la profession, le ministre délégué auprès du ministre de l'éducation nationale, chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur, a pris les dispositions nécessaires pour permettre, à partir d'octobre 1987, une application progressive de l'arrêté du 16 mai 1986, avec notamment des mesures d'assouplissement pour ce qui concerne l'évaluation des connaissances ainsi qu'une montée en charge progressive des enseignements, simultanément à la mise en place du numerus clausus.