Allez au contenu, Allez à la navigation

Scolarisation des enfants de moins de trois ans

8e législature

Question écrite n° 08011 de M. Jean-Luc Mélenchon (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 15/10/1987 - page 1617

M.Jean-Luc Mélenchon attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la scolarisation des enfants de moins de trois ans. Le ministre a indiqué à plusieurs reprises que la scolarisation d'enfants n'ayant pas trois ans lui semblait devoir être encouragée. Pourtant, là où cela était possible, ces enfants n'ont pu être accueillis faute d'enseignant. Les effectifs dont tiennent compte les inspecteurs d'académie ne concerneraient pas cette population, de sorte qu'aucun moyen supplémentaire ne serait mis à leur disposition. C'est pourquoi le sénateur souhaite connaître les intentions gouvernementales sur cette question.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 21/01/1988 - page 91

Réponse. -Le ministre de l'éducation nationale réaffirme sa préoccupation de permettre au plus grand nombre d'enfants de bénéficier d'une préscolarisation dans les meilleures conditions. Mais s'il est indispensable de considérer avec tout le soin nécessaire cet important niveau scolaire, et d'attacher une grande volonté à assurer dans les meilleures conditions possibles la scolarisation maternelle des élèves de trois à cinq ans, il faut tout aussi nettement comprendre que la préscolarisation des enfants de deux ans doit rester compatible avec les moyens et la mise en oeuvre des actions dont le caractère prioritaire est patent. Les efforts importants consentis par le ministère de l'éducation nationale, en liaison avec les collectivités locales pour améliorer la préscolarisation des très jeunes enfants, peuvent se heurter, localement, à des difficultés liées à l'évolution des effectifs d'élèves. C'est alors à chaque inspecteur d'académie, directeur des servicesdépartementaux de l'éducation, qu'il appartient, compte tenu des moyens dont il dispose, de poursuivre les objectifs nationaux en concertation avec les partenaires du système éducatif sur le plan départemental, et d'apprécier dans ce cadre la place à réserver à la préscolarisation à deux ans.