Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en place d'un fichier national de donneurs de moëlle osseuse

8e législature

Question écrite n° 08519 de M. Daniel Percheron (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 12/11/1987 - page 1779

M.Daniel Percheron attire l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'emploi sur l'utilité que présenterait dans notre pays un fichier national de donneurs de moëlle osseuse, calqué sur celui d'autres pays occidentaux, notamment le Royaume-Uni. Quand on connaît les chances extrêmement faibles pour des malades qui nécessitent une greffe de moëlle osseuse de rencontrer rapidement un receveur compatible, on ne peut que souhaiter que tout soit mis rapidement en place pour qu'un espoir de survie ne soit plus lié au seul recours à une campagne de presse. Il lui demande s'il serait possible de mettre en place un tel fichier.



Réponse du ministère : Affaires sociales

publiée dans le JO Sénat du 24/03/1988 - page 398

Réponse. -La mise en place d'un fichier national de donneurs de moelle osseuse est actuellement en cours, à l'initiative et sous la responsabilité de l'association " Greffe de moelle - France Transplant " qui a reçu à cet effet, en 1987, une subvention de 4 500 000 F de la caisse nationale de l'assurance maladie. Celle-ci s'est engagée à poursuivre son effort financier sur trois ans,c'est-à-dire jusqu'à ce que le fichier contienne les 40 000 noms jugés nécessaires pour qu'il soit opérationnel. Le chiffre de 20 000 donneurs semble déjà atteint à la fin de 1987. Il convient de noter que, contrairement à ce que laissent entendre certaines informations incomplètes, la France devance les autres pays européens dans la réalisation d'une telle opération, qui est cependant longue, complexe et coûteuse. S'il est exact qu'il existe un fichier plus important en Grande-Bretagne, il apparaît que celui-ci a été constitué par une association privée, et que les malades ou leurs familles doivent supporter eux-mêmes les dépenses afférentes à sa consultation et à son utilisation. Une telle formule ne saurait être adoptée dans notre pays, profondément attaché au principe du bénévolat et de la gratuité dans le domaine des dons d'organes ou de substances d'origine humaine. Enfin, il doit être clair que le fichier français est destiné à trouver un donneur compatible dans le système H.L.A. pour tout malade en attente d'une greffe et que les campagnes de presse lancées en faveur de cas individuels ne sauraient aboutir à faire bénéficier ceux-ci d'une quelconque priorité.