Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des étudiants en éducation physique et sportive

8e législature

Question écrite n° 08724 de Mme Danielle Bidard-Reydet (Seine-Saint-Denis - C)

publiée dans le JO Sénat du 26/11/1987 - page 1852

MmDanielle Bidard-Reydet attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la situation des étudiants en éducation physique et sportive et sur l'enseignement de cette discipline. Le stage de formation professionnelle des futurs enseignants devrait être supprimé à la suite de la non-reconduction de la subvention destinée à cet effet. Cette décision entraînera une régression de cette formation. Par ailleurs, le déficit actuel de postes d'enseignants est de l'ordre du millier. Dans la perspective d'amener 80 p. 100 d'une classe d'âge au niveau du baccalauréat, il serait nécessaire de recruter entre 1 000 et 2 000 professeurs d'E.P.S. dès maintenant et chaque année pendant 15 ans. En conséquence, elle lui demande quelles mesures il compte prendre pour : 1° assurer le maintien des stages professionnels ; 2° assurer la couverture des besoins de formation en E.P.S. ; 3° donner toute leur valeur aux diplômes de maîtrise et du D.E.S.S. (diplôme d'études supérieures spécialisées) de cette formation



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 28/04/1988 - page 571

Réponse. -L'arrêté du 10 septembre 1987 a modifié les dispositions de l'arrêté du 27 août 1985 relatif au concours de recrutement des professeurs d'éducation physique et sportive. Cette modification allège l'organisation matérielle de la première épreuve d'admission du C.A.P.E.S. dans la mesure où il n'existe plus de lien direct entre celle-ci et le stage en situation pédagogique initialement prévu. Elle n'affecte, cependant, ni la nature ni les finalités de cette épreuve qui, dorénavant, a pour support les expériences pédagogiques connues ou vécues par le candidat. Elle résulte de la prise en compte des efforts conjugués des universités et de l'administration pour améliorer la qualité du processus de formation conduisant au métier de professeur d'éducation physique et sportive. En effet, en amont du recrutement, les unités de formation et de recherche en activités physiques et sportives (U.F.R. en A.P.S.) ont progressivement généralisé, dans le cadre de la préparation de la licence en sciences et techniques des activités physiques et sportives, la mise en place de stages en situation pédagogiques sur lesquels repose l'enseignement théorique dispensé à l'université. En aval, après admission au concours du certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive (C.A.P.E.S.), les futurs professeurs d'E.P.S. sont désormais affectés en qualité de professeurs stagiaires en centre pédagogique régional, pour une année scolaire et reçoivent une formation adaptée aux nécessités de l'enseignement de leur discipline. A cette fin, en sus d'un stage en responsabilité dans un établissement scolaire du second degré d'une durée de sept heures hebdomadaires, les professeurs stagiaires d'éducation physique et sportive bénéficient dorénavant de trois stages en situation pédagogique leur permettant, sous la tutelle de conseillers pédagogiques, de connaître et d'aborder l'enseignement de l'éducation physique et sportive aux divers niveaux et dans tous les types d'établissements du second degré. Ainsi, il apparaît que ces nouvelles modalités qui constituent une amélioration incontestable de la formation initiale des professeurs d'E.P.S. devraient avoir, auprès des étudiants et des U.F.R. concernés, un effet incitatif tant au regard de la mise en place au cours de la formation universitaire d'expériences pédagogiques variées que de la mise à profit et de l'exploitation de ces expériences par les candidats admissibles au concours. En outre, cette mesure offre l'avantage de supprimer l'intervention d'un conseiller pédagogique dans la préparation d'un dossier servant de support à une épreuve de concours de recrutement. Elle assure mieux, par là même, le principe de l'égalité de traitement des candidats. S'agissant des postes offerts aux concours de recrutement, il faut noter qu'un effort sensible a été effectué pour la session 1988. Alors que le nombre global de postes offert à l'agrégat ion a été augmenté de 10 p. 100, le nombre de places attribué à l'E.P.S. a été accru de 21 p. 100 (39 places). Parallèlement, le nombre de postes proposé au C.A.P.E.S. a été majoré de 31 p. 100 (soit 355 postes) alors que l'ensemble des postes mis au concours du C.A.P.E.S. externe a été augmenté de 10 p. 100.