Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression de postes de professeurs pour 1988 à l'école normale d'Antony (Hauts-de-Seine)

8e législature

Question écrite n° 09087 de Mme Jacqueline Fraysse-Cazalis (Hauts-de-Seine - C)

publiée dans le JO Sénat du 24/12/1987 - page 1998

Mme Jacqueline Fraysse-Cazalis s'inquiète auprès de M. le ministre de l'éducation nationale des douze suppressions de postes de professeurs envisagées pour la rentrée 1988 à l'école normale d'Antony, ce qui porterait à trente le nombre de postes supprimés en deux ans. Cette réduction considérable des moyens consacrés à la formation des maîtres est d'autant plus inacceptable dans un département comme celui des Hauts-de-Seine où six instituteurs sur dix n'ont reçu aucune formation initiale et où l'on constate un retard très important dans le domaine de la formation continue. En conséquence, elle lui demande les mesures qu'il compte prendre pour substituer aux suppressions de postes envisagées, des créations de postes de professeurs permettant de répondre aux besoins très importants de formation des instituteurs dans les Hauts-de-Seine sans pour autant que cela aboutisse à priver une autre école normale des postes dont elle a besoin.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 04/02/1988 - page 159

Réponse. -Ce sont onze suppressions de postes, et non douze, que le recteur de l'académie de Versailles a prévues, pour la rentrée 1988 à l'école normale d'Antony. Il s'agit en fait d'un transfert de ces postes vers les autres écoles normales de l'académie, en particulier vers celle de Cergy-Pontoise. A l'issue de ce transfert de postes, l'école normale d'Antony aura un taux d'encadrement de 8,3 élèves-instituteurs et instituteurs stagiaires pour un professeur ; les conditions de la formation initiale et continue des instituteurs dans le département des Hauts-de-Seine resteront ainsi les plus favorables de la région parisienne. Le taux d'encadrement de cette école normale sera, par ailleurs inférieur au taux moyen de ces établissements dans l'ensemble des départements français. La formation, tant initiale que continue des instituteurs des Hauts-de-Seine sera donc assurée de façon tout à fait satisfaisante. Par ailleurs, la quasi-totalité des professeurs de l'école normale d'Antony qui seront touchés par une suppression de poste pourront se voir offrir par le recteur un poste équivalent dans une autre école normale de l'académie.