Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'un grand Centre des conférences internationales à Paris

9e législature

Question écrite n° 06191 de M. Pierre-Christian Taittinger (Paris - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 07/09/1989 - page 1433

M. Pierre-Christian Taittinger demande à M. le ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et du budget, comment évolue la mise au point et la conception du projet de création d'un grand Centre des conférences internationales dans la capitale. L'importance du rôle que joue notre pays dans le domaine des relations internationales justifie, de la part du Gouvernement, une réalisation digne de ses ambitions.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 16/11/1989 - page 1889

Réponse. - Le centre de conférences internationales qui sera édifié sur le site du quai Branly, actuellement occupé par le ministère des finances, est destiné à conforter Paris dans son rôle de grande capitale diplomatique. Ce projet répond aux ambitions légitimes exprimées par l'honorable parlementaire. En effet, il permettra l'organisation des grandes conférences internationales dans des conditons analogues à celles qui prévalent à New-York, Genève ou Vienne. C'est ainsi qu'il devra permettre une large couverture des manifestations par la presse nationale et internationale. La surface globale du programme est actuellement évaluée à 40 000 mètres carrés environ. Un concours d'architecture, lancé le 19 juin 1989, a été organisé par le ministère des affaires étrangères et le secrétaire d'Etat aux grands travaux en vue de la désignation d'un architecte pour l'étude et la réalisation du projet. Ont été admis à participer à ce concours les cinquante candidats (architectes ou groupements) retenus par le maître de l'ouvrage après avis du jury réuni le 22 juillet 1989. Celui-ci, qui se compose d'architectes et de personnalités qualifiées, est présidé par M. Robert Lion, directeur général de la caisse des dépôts et consignations. M. Joseph Belmont, architecte, en est le vice-président. Après avoir pris connaissance des projets des concurrents et du rapport de la commission technique qui procédera à l'examen des prestations remises, le jury retiendra cinq projets et les présentera au maître de l'ouvrage, à qui revient le choix du lauréat. Celui-ci interviendra en février 1990. La mise en service de cet équipement est programmée pour 1995. Au plan budgétaire, le projet de loi de finances pour 1990 prévoit l'ouverture de 160 M.F. en autorisation de programme, 40 M.F. en crédit de paiement, pour le marché d'ingénierie et les travaux préparatoires, ainsi que 16 M.F. et la création de vingt-cinq emplois pour le fonctionnement de l'établissement public qui assurera la maîtrise d'ouvrage de l'opération à partir de 1990.