Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'entreprise BSN à Masnières

10e législature

Question écrite n° 04383 de M. Ivan Renar (Nord - C)

publiée dans le JO Sénat du 13/01/1994 - page 57

M. Ivan Renar attire l'attention de M. le ministre de l'industrie, des postes et télécommunications et du commerce extérieur sur la situation de l'entreprise BSN à Masnières. En effet, le groupe BSN vient de décider la création d'un holding avec le groupe italien Bormioli Rocco, visant à réunir leur activité flaconnage pour former une grande entreprise européenne dans le domaine des industries de la pharmacie, de la cosmétique et de la haute performance. Cette nouvelle société sera dirigée par le groupe Italien qui doit bénéficier du savoir-faire et des techniques en performance de la verrerie de Masnières. Le regroupement ne laisse pas sans inquiétude les salariés quant à l'avenir de l'entreprise française. Aucune garantie n'a en effet été apportée quant à la pérennité de l'activité à Masnières après que les Italiens aient bénéficié du transfert technologique. La stratégie du groupe BSN n'est d'ailleurs pas pour apaiser ces craintes. Depuis des années un désengagement des activités verreries est engagé en faveur de l'agro-alimentaire, en particulier dans les pays asiatiques. C'est ainsi que les effectifs de l'usine de Masnières sont passés peu à peu de 1 600 personnes à 800 aujourd'hui. En conséquence, il lui demande quelles mesures il compte prendre afin que la fusion entre les deux entreprises ne se traduise pas dans les faits par un abandon des activités de l'entreprise de Masnières.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 26/05/1994 - page 1296

Réponse. - Les verreries de Masnières exerçaient leur activité sur deux marchés : la pharmacie et la parfumerie. Ces deux secteurs ont connu au cours de ces dernières années des opérations de concentration d'entreprise. Les verreries de Masnières avaient, de ce fait, des difficultés à offrir à leur clientèle une gamme de produits suffisante. La fusion avec Bormioli Rocco, dont les productions sont complémentaires de celles des verreries de Masnières, permettra désormais aux deux groupes de satisfaire leur clientèle et de développer les synergies. On peut, à titre d'illustration, signaler qu'en deux mois vingt-cinq nouveaux modèles ont été créés, soit le niveau de créations réalisées en moyenne annuelle avant la fusion. Ces progrès doivent permettre de pérenniser les activités et l'emploi, le site de Masnières se spécialisant dans le flaconnage pour parfums qui nécessite plus de main-d'oeuvre à la tonne produite que le flaconnage pharmaceutique, qui sera produit à Parme en Italie.