Allez au contenu, Allez à la navigation

Représentation diplomatique en Mongolie

10e législature

Question écrite n° 08231 de M. Hubert Durand-Chastel (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 27/10/1994 - page 2544

M. Hubert Durand-Chastel attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur les conséquences regrettables résultant de la fermeture de notre ambassade à Oulan-Bator depuis de longues années. Les Mongols, qui ont une représentation diplomatique à Paris, regrettent vivement cette situation. Le tournant décisif qu'a constitué l'ouverture à l'occident de ce pays après 60 années de position de satellite de l'ancien bloc soviétique, offre en effet une opportunité à saisir pour la France. La Mongolie, très désireuse de se rapprocher de l'Europe, et de la France en particulier, offre l'intérêt de sa superficie importante, de sa position géographique entre deux géants, la Chine et la Russie, et d'une forte personnalité culturelle. Il lui demande s'il n'estime pas que ces éléments sont susceptibles de justifier la réouverture d'une représentation diplomatique française dans ce pays, si réduite soit-elle.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 24/11/1994 - page 2770

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre des affaires étrangères sur la représentation diplomatique de la France en Mongolie. Comme le sait l'honorable parlementaire, la France avait ouvert une ambassade à Oulan-Bator en 1966. Celle-ci a été fermée en 1984. Le Gouvernement est conscient de l'intérêt qu'il y aurait à avoir une représentation permanente en Mongolie dès lors que depuis 1989, ce pays est entré dans une nouvelle phase de son histoire, marquée par le pluralisme politique, la libéralisation de l'économie et la rupture des liens privilégiés avec Moscou. Compte tenu de sa position stratégique, entre la Chine et la Russie, l'intérêt de disposer d'une ambassade à Oulan-Bator s'est considérablement accru. Des raisons budgétaires ont cependant contraint ce ministère à repousser le projet de réouverture de notre ambassade en Mongolie. La France, néanmoins, s'efforce de maintenir des relations cordiales avec ce pays. Comme le sait l'honorable parlementaire, notre ambassadeur en Russie est accrédité auprès des autorités mongoles. La XIe commission mixte culturelle, scientifique et technique franco-mongole, réunie à Oulan-Bator le 28 octobre 1994, s'est traduite par une augmentation importante de notre effort de coopération avec ce pays.