Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de l'aéroport d'Orly

10e législature

Question écrite n° 15416 de M. Marcel Bony (Puy-de-Dôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 09/05/1996 - page 1119

M. Marcel Bony appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, du logement, des transports et du tourisme sur l'avenir de l'aéroport d'Orly à l'horizon 2020. Une des conclusions non écrites du rapport de la mission d'étude sur la desserte aéroportuaire du grand bassin parisien serait que la construction d'un aéroport en Beauce, comme le recommande la mission Douffiague, se traduira en fait par la fermeture de la plate-forme d'Orly. C'est ce que traduit la revue Air et Cosmos dans son numéro du 29 mars dernier. Cet hebdomadaire ajoute qu'Orly est déjà saturé et ne peut s'étendre plus pour des raisons d'urbanisme et d'environnement. Il lui demande s'il confirme bien sa fermeture, et s'il a dans ce cas prévu les conséquences d'une telle décision et les mesures qu'il conviendrait de prendre pour gérer les flux nationaux à destination de la capitale de même que pour empêcher l'effilochage du tissu socio-économique existant sur place.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 04/07/1996 - page 1674

Réponse. - Bien que son développement soit contenu pour des raisons d'urbanisme et d'environnement, l'aéroport d'Orly joue un rôle important pour l'économie locale et l'aménagement du territoire, que la création d'un troisième aéroport ne pourra remettre en cause. Aussi, le rapport de la mission d'étude sur la desserte du grand bassin parisien que présidait M. Jacques Douffiagues n'a pas proposé la fermeture de cet aéroport, et le Gouvernement n'envisage pas de prendre une telle décision.