Allez au contenu, Allez à la navigation

Acheminement du courrier aux personnes sans domicile fixe

10e législature

Question écrite n° 15613 de M. René Rouquet (Val-de-Marne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/05/1996 - page 1162

M. René Rouquet attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'action humanitaire d'urgence d'urgence sur le problème de l'absence d'adresse postale pour la réception du courrier des personnes sans domicile fixe. Alors que les démarches entreprises pour se réinsérer nécessitent bien souvent l'établissement d'une correspondance, il leur est difficile d'assumer le coût du service de la " poste restante ". Cette situation contribue à maintenir les " sans domicile fixe " dans l'exclusion. Il lui demande de bien vouloir lui indiquer s'il est envisagé de trouver une solution à ce problème.



Réponse du ministère : Action humanitaire d'urgence

publiée dans le JO Sénat du 10/10/1996 - page 2626

Réponse. - Permettre aux personnes sans domicile fixe de continuer à recevoir du courrier est un objectif très important tant du point de vue de la préservation des liens sociaux des personnes que dans la perspective de leur réinsertion. Depuis plusieurs années les associations de solidarité ont commencé à proposer ce type de service aux personnes sans domicile. Les pouvoirs publics ont récemment décidé de donner à ce type d'action une ampleur nouvelle en multipliant les lieux d'accueil de jour. L'objectif a été fixé d'ouvrir au moins une structure d'accueil au chef-lieu de chaque département. A ce jour une centaine de structures de ce type est recensée. Les lieux d'accueil de jour, gérés par les associations, offrent diverses prestations de base aux personnes sans domicile : bagageries, laveries, douches, boîtes aux lettres. Par ailleurs les personnes sans domicile fixe trouvent dans ces structures un personnel d'accueil qualifié, professionnels de l'action sociale et bénévoles formés, capables de les informer et de les orienter, de les aider dans leurs démarches d'accès aux soins et de réinsertion. Pour conforter le développement des structures d'accueil de jour, le secrétaire d'Etat à l'action humanitaire d'urgence a installé au début de l'été un comité national de l'accueil de jour réunissant les administrations concernées, des élus et les associations. Ce comité national sera un lieu d'informations, d'échanges, d'élaboration et d'évaluation dans ce domaine.