Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan de sauvegarde et de développement des orgues français

10e législature

Question écrite n° 17999 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 10/10/1996 - page 2605

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre de la culture sur la nécessité d'apporter de nouvelles aides à la restauration, la construction d'orgues, afin de valoriser, épanouir notre patrimoine national déjà riche en la matière. Elle lui demande s'il n'estime pas nécessaire de prévoir un plan d'équipement en orgues à tuyaux de nos salles de concert et conservatoires à l'image de ce qui se fait au Japon où toutes les salles de concert sont équipées d'instrument pour interpréter la musique notamment française. Elle lui demande si ce plan de sauvegarde et de développement des orgues français ne devrait pas également prévoir la restauration de la moitié des 8 000 orgues en France, attendant des travaux de remise en état. Elle lui demande enfin quelles mesures urgentes pourraient être prises pour faire aboutir les grands projets dont l'Etat a la charge notamment dans les cathédrales d'Evreux, Saint-Dié, Arras, Lyon, Chambéry.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 23/01/1997 - page 199

Réponse. - Les facteurs d'orgues connaissent des difficultés certaines à préserver les emplois au sein de leurs entreprises. C'est pourquoi afin d'augmenter de façon significative les commandes faites aux facteurs d'orgues, le ministère de la culture a décidé de doubler, en 1996, les crédits destinés à la construction d'orgues neufs. Cette dotation budgétaire sera reconduite en 1997. Ainsi, l'Etat a facilité la construction d'instruments neufs dans les établissements dont il a la tutelle. Plusieurs conservatoires nationaux de région ont fait l'acquisition d'orgues neufs, d'études et de concerts, ces dernières années. De même, le nouveau musée de la musique vient d'inaugurer un orgue dans sa salle de concerts. Plusieurs projets de création d'orgues sont actuellement à l'étude, par la direction du patrimoine ainsi que par la direction de la musique et de la danse. Un comité de pilotage a été constitué pour simplifier les procédures administratives et permettre de voir aboutir ces projets, plus rapidement. Par ailleurs, afin de mieux identifier les difficultés de la profession de facteur d'orgue et de rechercher des solutions adaptées, une mission a été confiée au cabinet " Plein Sens ". Celui-ci vient de transmettre les conclusions de son enquête au directeur de la musique et de la danse qui les étudiera en liaison avec les représentants du groupement professionnel des facteurs d'orgue avec lequel elle souhaite mettre en oeuvre des mesures nouvelles. Enfin, il convient de rappeler que les travaux de restauration et de construction d'orgues sont décidés par les propriétaires des instruments, c'est-à-dire, pour la plupart des 8 000 orgues recensés dans notre pays, par les municipalités et les associations diocésaines. L'Etat soutient financièrement ces initiatives, pour autant que l'on puisse attester d'un projet d'utilisation culturelle des instruments.