Allez au contenu, Allez à la navigation

Poursuite du plan patrimoine pour la rénovation des installations de tourisme associatif

10e législature

Question écrite n° 18579 de M. Jean-Pierre Demerliat (Haute-Vienne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/10/1996 - page 2826

M. Jean-Pierre Demerliat attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat aux transports sur les vives inquiétudes des associations fédérées Loisirs Vacances Tourisme concernant la poursuite du " Plan patrimoine " mis en place en 1989 et destiné à rénover les installations de tourisme associatif. Jusqu'en 1995, l'engagement de l'Etat a été maintenu et a permis de bien engager le plan. Les crédits votés en 1996 accusaient une forte baisse et à ce jour la quasi totalité du budget 96 est gelée, provoquant une situation catastrophique dans les villages de vacances. De plus, le projet de budget pour 1997 prévoit une nouvelle diminution considérable de la ligne plan patrimoine du tourisme associatif. Ces associations jouent un rôle social très important en permettant l'accueil de familles les plus diverses favorisant ainsi le brassage social et la lutte contre la fracture sociale, et elles contribuent également au développement local et à l'aménagement du territoire. Aussi, il lui demande s'il entend poursuivre la politique sociale des vacances en relançant les crédits du plan patrimoine et en débloquant ceux prévus pour 1996.

Transmise au ministère : Équipement



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 26/12/1996 - page 3511

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu attirer l'attention sur la situation du patrimoine des associations de tourisme concernant la poursuite du " plan patrimoine ", destiné à la rénovation des hébergements touristiques à vocation sociale et familiale. Un programme en faveur des hébergements touristiques à caractère associatif a été mis en oeuvre en 1990, avec comme objectif de permettre la rénovation de la moitié de la capacité d'accueil des villages et maisons familiales de vacances gérés par les associations agréées, soit environ 110 000 lits. De 1990 à 1996, le ministère chargé du tourisme a ainsi consacré 200 MF à ce programme, ce qui a engendré plus d'un milliard de francs de travaux et permis la programmation de 383 opérations en sept ans. Pour leur part, les collectivités territoriales (communes, départements et régions) ont assuré environ 25 % du financement des investissements ; les crédits européens ont également été mobilisés au titre des programmes régionaux européens, notamment ceux de l'objectif 5 b relatif au développement rural. Pour 1996, les mesures de régulation budgétaire, prises dans le cadre général de la maîtrise des déficits publics, ont affecté le chapitre 66.03.30, destiné au financement de ce programme, pour un montant de 11,4 MF, avec en prévision une mesure complémentaire d'annulation dans le cadre de la prochaine loi de finances rectificative. La réduction du montant des dépenses en capital inscrites au budget du ministère chargé du tourisme a été effectuée de manière à permettre le paiement des opérations en cours de réalisation et à préserver l'intégralité des engagements relevant des contrats de plan Etat-régions. Le projet de loi de finances pour 1997, en cours de discussion devant le Parlement, prévoit l'inscription de 16,3 MF en autorisations de programme et de 7,9 MF en crédits de paiement sur le chapitre 66.03.30. La mise en oeuvre de ces moyens destinés à la rénovation des hébergements touristiques à caractère associatif permettra d'honorer les engagements de l'Etat et de mener à leur terme les opérations déjà engagées. Par ailleurs, le ministre de l'équipement, du logement, des transports et du tourisme a demandé à l'inspection générale du tourisme de procéder à une évaluation de ce programme ; au vu des résultats de cette mission qui lui seront prochainement remis, une concertation pourra être engagée avec les associations concernées afin d'étudier les conditions de son achèvement.