Allez au contenu, Allez à la navigation

Retraite des maîtres de l'enseignement privé sous contrat

10e législature

Question écrite n° 18900 de M. René Régnault (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/11/1996 - page 3022

M. René Régnault appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les revendications des maîtres des établissements d'enseignement privé sous contrat par rapport à leurs cotisations salariales de retraite. Alors que le principe de parité était inscrit dans la loi Debré-Guermeur, les enseignants du secteur privé continuent de cotiser pour leur retraite beaucoup plus que les fonctionnaires pour un montant inférieur dans la plupart des cas. En conséquence, soucieux du respect de l'équité au sein d'une même profession, comprenant les revendications des maîtres du privé, il lui demande les mesures qu'il entend prendre pour établir enfin en matière de retraite la justice et mettre un terme à cette disparité.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 19/12/1996 - page 3417

Réponse. - L'article 15 de la loi no 59-1557 du 31 décembre 1959 régissant les rapports entre l'Etat et les établissements d'enseignement privés modifiée par la loi no 77-1285 du 25 novembre 1977 n'a posé un principe de parité entre la situation des maîtres de l'enseignement public et celle des maîtres des établissements d'enseignement privés qu'en matière de conditions de cessation d'activité. Cette loi ne prévoit pas une égalisation des niveaux de cotisations et de prestations des régimes de retraite respectifs. Le décret no 80-7 du 2 janvier 1980 modifié dispose ainsi que les maîtres des établissements d'enseignement privés peuvent cesser leurs fonctions à 55 ans ou 60 ans, selon qu'ils relèvent du 1er ou du 2e degré d'enseignement. S'ils ne remplissent pas les conditions nécessaires pour percevoir une retraitee calculée au taux normalement applicable à 65 ans, un avantage temporaire de retraite est liquidé en leur faveur. Le régime temporaire de retraite des enseignants privés (RETREP), financé par l'Etat, assure donc le versement anticipé de la pension servie à 65 ans (prestations du régime général de la sécurité sociale et des régimes complémentaires) jusqu'à sa liquidation par les différentes caisses de retraite. Les taux de cotisation aux régimes de retraite complémentaire ont été établis par le décret no 80-6 du 2 janvier 1980. Ces taux sont régulièrement revalorisés afin de permettre aux maîtres d'acquérir des droits à retraite complémentaire plus conséquents. Il convient de souligner, enfin, que les règles (assiette retenue pour le calcul des cotisations et des prestations, taux et durée des cotisations) fixées par les différents régimes de retraite auxquels sont affiliés les maîtres de l'enseignement public et les maîtres des établissements d'enseignement privés sont fondamentalement différentes, ce qui rend complexe et délicate toute comparaison dans ce domaine.