Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des ménages en surendettement

10e législature

Question écrite n° 20075 de M. Serge Mathieu (Rhône - RI)

publiée dans le JO Sénat du 23/01/1997 - page 171

M. Serge Mathieu se référant à la question écrite n° 41490 du 22 juillet 1996 relative à la situation de nombreux ménages en surendettement et à la réponse qu'il lui avait faite (JO, AN, 7 octobre 1996), demande à M. le ministre de l'économie et des finances s'il peut lui préciser l'état actuel de mise en oeuvre des dispositions complémentaires à la loi n° 95-125 du 8 février 1995 dont certaines modifications arrivaient en phase finale, d'autres devant être entérinées dans les plus brefs délais.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 20/02/1997 - page 533

Réponse. - Des différents travaux destinés à compléter le nouveau dispositif de traitement du surendettement des particuliers, tel qu'entré en vigueur le 1er août 1995, certains ont d'ores et déjà abouti tandis que les autres doivent s'achever prochainement. En premier lieu, le comité consultatif du Conseil national du crédit a rendu un avis le 27 mars 1996, validant une référence commune minimale pour les commissions de surendettement, afin de permettre une plus grande grande égalité de traitement entre les débiteurs. Cet avis a été transmis par la Banque de France aux secrétariats des commissions, qui en font aujourd'hui application. Par ailleurs, l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée a tout récemment rédigé un rapport consacré au travail social et au surendettement, sur la base d'enquêtes conduites dans trois départements métropolitains. Outre les informations sur le travail actuel des commissions de surendettement et l'évolution des caractéristiques des publics touchés par le surendettement, ce rapport s'attache à dessiner les contours d'une meilleure articulation entre l'accompagnement social indispensable à un certain nombre de personnes surendettées et le dispositif de traitement du surendettement tel qu'il résulte de la loi no 89-1010 du 31 décembre 1989 réformée en 1995. S'agissant des travaux relatifs à l'assurance des emprunteurs (et notamment à l'assurance perte d'emploi), le comité consultatif du Conseil national du crédit, qui associe les représentants de la profession bancaire et les organisations de consommateurs, examine depuis l'automne 1996, au sein d'un groupe de travail, les propositions formulées par la commission consultative des assurances. Le comité consultatif devrait conclure ses réflexions dans le courant du 1er semestre 1997. Enfin, pour ce qui est du travail engagé par le ministère de l'économie et des finances conjointement avec la profession bancaire, et portant sur la simplification des offres préalables de crédit, d'ultimes vérifications formelles ont été effectuées au cours de l'automne 1996 afin de s'assurer de la parfaite validité des nouvelles rédactions. Les modèles types, remaniés à législation constante, seront soumis pour approbation au Conseil national de la consommation au début de 1997, ainsi qu'au comité consultatif du Conseil national du crédit. Une fois ces instances consultées, les modifications pourront être entérinées par un règlement du comité de la réglementation bancaire et financière.