Allez au contenu, Allez à la navigation

Facteurs d'orgues

10e législature

Question écrite n° 20463 de M. Georges Gruillot (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 13/02/1997 - page 425

M. Georges Gruillot appelle l'attention de M. le ministre de la culture sur la situation professionnelle des facteurs d'orgues qui connaissent de grosses difficultés. A cet effet, il le remercie de lui préciser l'état d'avancement de l'audit engagé par son ministère sur ce sujet.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 03/04/1997 - page 1034

Réponse. - Le ministre de la culture, conscient des difficultés que traverse la profession de facteur d'orgues a confié une étude prospective sur le marché de la facture d'orgue au cabinet " Plein Sens ". Les résultats ont été communiqués au groupement professionnel des facteurs d'orgues dont les représentants ont été reçus par les services du ministère de la culture le 6 février dernier. Il a été rappelé, au cours de cette réunion, les efforts consentis en faveur des facteurs d'orgues. Les orgues classés ont fait l'objet d'un important effort de conservation et de restauration ; le montant des travaux réalisés et financés dans le cadre des deux lois-programmes atteint 140 MF, entre 1988 et 1992 et 163 MF, pour la période 1993-1997. En 1997, malgré la diminution des crédits de restauration liée à la prolongation d'une année de la loi-programme, qui affecte tous les secteurs, la facture d'orgue subit une baisse inférieure à celle des autres secteurs ; 15,7 MF sont affectés aux travaux sur les orgues historiques permettant de financer 23 sites de chantiers et 12 opérations nouvelles. Les crédits affectés à la création d'orgues neufs ont été doublés en 1996 et cette dotation a été maintenue en 1997. Plusieurs autres décisions du ministère de la culture ont été annoncées, notamment l'appui maintenu au fonctionnement du centre de formation d'Eschau (Alsace) et la participation au financement d'un orgue pour cet établissement ; la proposition d'une rencontre entre les représentants de la profession et ceux du ministère de la culture au salon Musicora sur les conclusions de l'étude prospective du marché de la facture d'orgue, dans le cadre du marché unique européen. Cette étude, souhaitée par le groupement professionnel des facteurs d'orgues qui a été associé au comité de pilotage a été financée entièrement sur les crédits affectés à la direction de la musique et de la danse. Elle fait apparaître que la crise traversée actuellement par la profession est l'occasion de réfléchir aux modalités d'une prise en charge de la profession par elle-même avec l'appui des pouvoirs publics, Cette réflexion devrait aboutir à une nouvelle définition du rôle de l'Etat à l'égard du secteur de la facture d'orgues, en concertation avec les représentants de cette profession. A cela, il convient d'ajouter que dans le cadre du programme gouvernemental en faveur des métiers d'art, d'autres ministères interviennent pour soutenir la facture d'orgue, notamment le ministère des petites et moyennes entreprises, du commerce et de l'artisanat. Le ministère de la culture mène sa politique de soutien appuyé à la facture d'orgue en concertation étroite avec les professionnels, tenant compte des spécificités de cette profession mais aussi des contraintes budgétaires et des possibilités de développement offertes à cette profession sur les marchés étrangers. Le groupement professionnel des facteurs d'orgues a fait part au ministre de la culture de sa satisfaction pour le climat de concertation entretenu entre les services du ministère de la culture et les professionnels qu'il représente. Cette concertation se poursuivra en précisant les rôles et les responsabilités de chacun.