Allez au contenu, Allez à la navigation

Article médical démontrant la corrélation entre l'usine de retraitement de La Hague et le risque de leucémie chez l'enfant

10e législature

Question écrite n° 20665 de M. Henri Revol (Côte-d'Or - RI)

publiée dans le JO Sénat du 20/02/1997 - page 498

M. Henri Revol attire l'attention de Mme le ministre de l'environnement sur la publication, le 11 janvier dernier, dans le British Medical Journal, d'un article du professeur Jean-François Viel, épidémiologiste, concluant à l'existence d'un lien de causalité entre la fréquentation des plages situées près de l'usine de retraitement de La Hague, la consommation de poissons et de coquillages locaux, et le risque de leucémie chez l'enfant, conclusions tirées de corrélations statistiques. Sans se prononcer sur le fond, ce qui sera le rôle de la commission spéciale permanente d'information près l'établissement de La Hague, du registre du cancer ou de la nouvelle commission de surveillance du centre de stockage Manche, il est stupéfiant de constater que de telles informations, à dessein alarmistes, puissent être colportées ainsi sans que les pouvoirs publics fassent de mise au point, alors même qu'une grande partie de la communauté scientifique exprime son plus grand scepticisme quant à la rigueur de la méthode employée par le professeur Viel pour aboutir à de telles conclusions. Aussi, en raison notamment des conséquences très négatives de la diffusion de telles informations tant sur le plan touristique pour le Cotentin que pour l'image de l'industrie nucléaire, il souhaiterait savoir si des mesures concrètes et rapides vont être prises afin d'effacer les craintes pour l'instant hypothétiques et, pour beaucoup d'experts, injustifiées, suscitées par le professeur Viel.



Réponse du ministère : Environnement

publiée dans le JO Sénat du 17/04/1997 - page 1193

Réponse. - Le ministère de l'environnement a pris connaissance avec intérêt de la question posée par l'honorable parlementaire concernant l'étude publiée par le professeur Viel sur les risques de leucémie autour de l'usine de retraitement nucléaire de La Hague. Il importe de renforcer la confiance des populations locales. Pour qu'il y ait cette confiance des populations locales, il est essentiel qu'il y ait transparence et indépendance de l'expertise scientifique ainsi qu'une information rapide, transparente et complète. C'est pourquoi, sur ma proposition, ont été créées la commission Castaing pour Superphénix et la commission Turpin pour le centre de stockage de la Manche. Ces commissions ont agi dans la transparence (leurs rapports ont été rendus publics dès qu'ils ont été rendus au Gouvernement). L'indépendance de l'expertise scientifique par rapport aux acteurs de la filière nucléaire avait été recherchée au moment de la composition de ces commissions. C'est dans cet état d'esprit qu'Hervé Gaymard et moi-même avons pris la décision de créer un comité scientifique pour une nouvelle étude épidémiologique complète sur les leucémies dans le Nord-Cotentin. Ce comité sera présidé par le professeur Souleau, doyen de la faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry. La consolidation et le développement du registre des cancers de la Manche seront étudiés. Les équipes locales seront associées à l'étude. Les premiers résultats de l'étude seront communiqués à M. Hervé Gaymard et à moi-même en juin 1997. Les rapports et les études seront rendus publics. Ceci est le gage de la transparence et de l'indépendance de l'expertise scientifique voulues par le Gouvernement, et qui sont primordiales pour que la population française vive en bonne intelligence avec le nucléaire. Le Gouvernement a donc pris la mesure de l'inquiétude des populations et il souhaite apporter une réponse scientifique complète et transparente.