Allez au contenu, Allez à la navigation

Fermeture de la fonderie et du laminoir de Pessac et plan d'entreprise " monnaie 2000 "

10e législature

Question écrite n° 20816 de Mme Joëlle Dusseau (Gironde - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 27/02/1997 - page 586

Mme Joëlle Dusseau attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur le plan d'entreprise " monnaie 2000 " qui vise à réorganiser les sites de l'administration des monnaies et des médailles, à Paris et Pessac. Ce plan prévoit la fermeture de la fonderie et du laminoir de Pessac dont la qualité de la production est reconnue unanimement dans le monde grâce à un savoir-faire exceptionnel. Ce site deviendrait ainsi, à terme, un simple atelier de frappe monétaire. Il en résulterait une réduction d'emplois très grave pour l'économie locale de Pessac et une production réduite dans bien des secteurs pour cause d'adaptation aux effectifs disponibles. C'est pourquoi elle lui demande de revenir sur ce plan et de garantir la pérennité de la fonderie et du laminoir de Pessac.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 03/04/1997 - page 1035

Réponse. - La direction des Monnaies et médailles s'est engagée en 1996 dans l'élaboration d'un plan d'entreprise qui a été approuvé le 15 novembre dernier. Cette démarche a consisté, en concertation étroite avec les représentants des personnels de la direction, à définir un certain nombre d'objectifs et de moyens pour la préparer à son avenir au cours des cinq prochaines années. Cette direction bénéficie d'un plan de charge exceptionnel constitué par la frappe de l'euro. Elle doit en effet produire et stocker, à partir de 1998 et d'ici le 1er janvier 2002, près de 7 milliards de pièces pour l'euro. Le plan élaboré par la direction des Monnaies et médailles s'inscrit dans le cadre des exigences qui s'imposent à cette administration : d'une part, faire face à la frappe de l'euro dans les meilleures conditions économiques possibles ; d'autre part, rétablir durablement l'équilibre budgétaire et la rentabilité afin que puisse être rapidement supprimée la subvention d'équilibre dont bénéficie le budget annexe des Monnaies et médailles. Cela suppose un accroissement sensible des ventes des produits commerciaux réalisées en France et à l'étranger, mais également la réalisation d'un maximum d'économies et l'amélioration de l'efficacité de l'organisation, de la productivité et du service au client. Compte tenu de l'ampleur de la production monétaire prévisible, l'établissement monétaire de Pessac pourra procéder à des recrutements d'ouvriers pour compenser les départs naturels, ce qui n'était pas intervenu depuis de nombreuses années. Le Gouvernement est confiant dans la démarche actuellement engagée à la direction des Monnaies et médailles qui repose sur ses atouts et ses valeurs propres : le professionnalisme de ses salariés, le savoir-faire des métiers de la monnaie, l'attachement à la qualité et le souci d'innovation.