Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme des classes préparatoires aux grandes écoles

10e législature

Question écrite n° 21038 de M. René Rouquet (Val-de-Marne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/03/1997 - page 739

M. René Rouquet attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les limites de la mise en application de la réforme des classes préparatoires aux grandes écoles dont les concours 1997 sont l'aboutissement. Les élèves de la filière physique et technologie qui, depuis le 5 décembre dernier, peuvent s'inscrire aux écoles recrutant à la banque d'épreuves, destinée à réduire les coûts et à régler les problèmes de calendrier, s'aperçoivent qu'il est nécessaire de prévoir une dépense supérieure à 12 000 F pour cette opération alors qu'en 1996 la dépense était de l'ordre de 2 000 F pour un nombre équivalent. Cette situation aura comme conséquence d'opérer une sélection dont le critère ne reposera pas sur les capacités intellectuelles des candidats, mais aussi sur les moyens financiers des parents. En effet, les élèves se trouveront dans l'obligation de délaisser des écoles qui offrent un faible nombre de places pour un coût élevé. Le risque est donc aussi de voir diminuer sensiblement le taux de réussite à l'entrée des écoles les moins chères. Il lui demande de bien vouloir prendre des mesures pour que soient réduits les coûts d'inscription et éviter ainsi une sélection par l'argent.



La question est caduque