Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la prolifération des cormorans

10e législature

Question écrite n° 21128 de M. Gérard Roujas (Haute-Garonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/03/1997 - page 734

M. Gérard Roujas tient à attirer l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation sur les problèmes engendrés par la prolifération des cormorans. Les associations de pêcheurs de France ont déjà manifesté à maintes reprises leurs craintes face à ce qui pourrait devenir un " fléau " pour notre écosystème. En effet, protégé par la directive " Oiseaux " de 1979, le cormoran a depuis lors proliféré, envahissant des territoires sur lesquels sa colonisation était alors inconnue, mettant ainsi en danger les efforts entrepris en faveur de la restauration des écosystèmes aquatiques. Malgré les multiples actions engagées il apparaît que les solutions envisagées ne permettront pas de gérer la prolifération des cormorans. C'est pourquoi il lui demande si des interventions de régulation de la reproduction des cormorans ainsi des mesures de rééquilibrage sur les zones où la prolifération anormale des cormorans est vérifiée sont prévues. En outre, compte tenu de la légitimité de reconnaissance d'utilité publique qui est conférée aux pêcheurs français ne devraient-ils pas être membres en proportion de leur représentativité des instances nationales et européennes appelées à donner des avis sur les orientations de la politique environnementale les concernant. Ne doit-on pas aussi considérer que l'environnement n'est pas seulement le monopole d'une technocratie scientifique mais aussi le résultat des orientations des élus et des acteurs du monde rural.

Transmise au ministère : Environnement



La question est caduque