Allez au contenu, Allez à la navigation

Réorganisation de la distribution du courrier à Paris

10e législature

Question écrite n° 21293 de Mme Nicole Borvo (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 20/03/1997 - page 821

Mme Nicole Borvo attire l'attention de M. le ministre de l'industrie, de la poste et des télécommunications sur le fait que le projet de réorganisation de la distribution du courrier dans la capitale est préoccupant, tant pour le personnel que pour les usagers, car il menace quelque 600 emplois et l'acheminement postal. Le centre de Paris XI, premier touché par ce projet est en grève. La direction de La Poste prévoit d'y supprimer 35 postes dès le début juin et de ne plus assurer la distribution du courrier l'après-midi. D'ici à la fin de l'année les 7e, 10e, 13e et 17e arrondissements risquent d'être également concernés. Dans les trois prochaines années ces mesures doivent s'étendre à toute la capitale. Aussi le mouvement tend à se développer dans d'autres centres de distribution : 12e, 19e, 20e. Le service public est attaqué. A travers lui c'est le traitement égalitaire des diverses couches de la population qui est remis en cause. C'est une certaine idée de solidarité nationale qu'on abandonne. Affaiblir ainsi le service public, c'est en faire à moyen terme un service minimum pour les moins fortunés. C'est transformer les services de base de qualité en prestations réservées à ceux qui pourront se les offrir. Ce projet c'est aussi un mauvais coup contre l'emploi. Chaque poste supprimé dans un service public, sous prétexte de réduire les déficits, c'est quelque par un chômeur en plus que l'Etat devra prendre en charge ou qui tombera dans l'exclusion. Ce projet révèle également la volonté de s'inscrire dans la logique ultra-libérale, au mépris des objectifs sociaux annoncés à grand bruit. Pour toutes ces raisons elle lui demande ce qu'il compte faire afin que la direction de La Poste reprenne les négociations interrompues de son fait et qu'il y ait un maintien de tous les emplois préservant ainsi la qualité du service public ?



La question est caduque