Allez au contenu, Allez à la navigation

Commémoration de la fin des combats en Algérie en 1962

10e législature

Question écrite n° 21315 de M. Claude Huriet (Meurthe-et-Moselle - UC)

publiée dans le JO Sénat du 20/03/1997 - page 813

M. Claude Huriet attire l'attention de M. le ministre délégué aux anciens combattants et victimes de guerre sur le 35e anniversaire de la fin des combats en Algérie qui doit être commémoré en 1997. A cette occasion, certaines associations ont manifesté le souhait que le jour du 19 mars soit retenu comme date commémorative officielle. Or, la date du 19 mars correspond à la signature des accords d'Evian et au début des combats qui ont entraîné la mort de nombreux harkis. C'est pourquoi, un grand nombre d'anciens combattants d'Afrique du Nord s'opposent au choix de cette date. En conséquence, il lui demande de lui indiquer d'une part, les dispositions qu'il compte prendre pour répondre à leurs légitimes inquiétudes et d'autre part, la date finalement retenue.



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 08/05/1997 - page 1424

Réponse. - A l'occasion de la recherche d'une date, qui serait reconnue par tous, pour la fin des combats en Algérie, ce dont le Premier ministre a chargé le ministre délégué aux anciens combattants et victimes de guerre lorsqu'il l'a nommé à la tête de ce département ministériel, l'éventualité d'une journée nationale du souvenir a effectivement été avancée. La proposition de retenir la date du 11 novembre pour honorer ces anciens combattants est une idée particulièrement intéressante. Toutefois, certaines associations préfèrent le maintien du statu quo, d'autres sont aussi attachées à la journée du 8 mai. Cette question nécessite beaucoup de réflexion. La modification des principes actuels n'est pas considérée comme prioritaire. Sans doute cette décision sera-t-elle l'oeuvre des générations futures. En tout état de cause, ce voeu démontre bien que l'oeuvre de mémoire doit être développée, le ministre délégué aux anciens combattants et victimes de guerre s'y emploie prioritairement et tel sera également l'un des objectifs du Haut Conseil de la mémoire combattante, dont le décret de création vient d'être publié au Journal officiel du 11 janvier 1997 (décret no 97-11 du 9 janvier 1997).