Allez au contenu, Allez à la navigation

Rémunération des coopérants français en poste à l'île Maurice

10e législature

Question écrite n° 21408 de M. Pierre Biarnès (Français établis hors de France - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/03/1997 - page 914

M. Pierre Biarnès appelle l'attention de M. le ministre délégué à la coopération sur l'évolution de la rémunération des coopérants français en poste à l'île Maurice, suite à l'ajustement de leur coefficient géographique, qui, initialement établi à 1,54, puis à 1,50 en octobre 1993, a été fixé à 1,52 au 1er janvier 1997. Ce taux ne prend pas en compte la réalité de la vie quotidienne là-bas. D'une part, le gouvernement mauricien a opté pour une politique de la roupie forte, qui s'est traduite par une baisse conséquente du franc par rapport à la roupie, et qui a entraîné à elle seule une baisse de près de 14 % du pouvoir d'achat des coopérants français. D'autre part, l'inflation est forte. Ce coefficient est d'autant plus injuste que les personnels des services extérieurs du ministère des affaires étrangères et les professeurs expatriés de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger ont, quant à eux, bénéficié d'une hausse conséquente de leur indemnité d'expatriation. Il lui demande donc de faire procéder à un réajustement à la hausse du coefficient géographique affecté à ces coopérants.



La question est caduque