Allez au contenu, Allez à la navigation

Coût des opérations militaires extérieures de la France

10e législature

Question écrite n° 21990 de M. Nicolas About (Yvelines - RI)

publiée dans le JO Sénat du 24/04/1997 - page 1228

M. Nicolas About attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur le coût des opérations militaires de la France. L'an passé, ces opérations auront coûté plus de cinq millions de francs contre un peu plus de quatre millions en 1995, soit une augmentation de 23 % en un an. Les deux tiers de ces sommes sont celles qu'implique notre présence dans l'ex-Yougoslavie, soit plus de trois millions de francs. Ce constat nous amène à nous interroger sur la pertinence de notre diplomatie dite préventive qui en fait est une diplomatie curative puisqu'elle intervient toujours après la crise ou le conflit. Le dernier exemple en date est celui de l'Albanie dont l'explosion sociale était prévisible, pourtant la France et l'Union européenne n'ont rien fait pour prévenir cette crise. Le pays ayant été mis à feu et à sang, l'Union européenne décide d'envoyer une force multinationale chargée de " maintenir la paix civile ". Ce qui s'apparente à de la diplomatie préventive n'en n'est pas une car les Occidentaux se contentent de jouer les pompiers, les humanitaires. Pourquoi ne pas introduire le concept de prévention des crises et des conflits dans notre action diplomatique et plus largement dans la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), cette novation participerait à la nécessaire rénovation de notre diplomatie depuis la fin de la guerre froide et répondrait réellement à l'impératif de sécurité et de stabilité en Europe. Au lieu de dépenser des millions pour maintenir un cessez-le-feu, précaire et qui entérine souvent un partage territorial injuste, les Européens devraient les dépenser pour prévenir ces conflits, en investissant dans l'économie de ces pays pauvres, dans la formation des militaires et des dirigeants pour qu'il soit mis fin à leurs modes de pensée belliqueux et enfin en oeuvrant pour le désarmement des régions sous tension. Voilà la véritable prévention des conflits, celle qui a le souci des êtres humains et non pas celle qui se contente d'agir après pour justifier l'entretien de troupes professionnelles, dites " forces projetables ", au service de pseudo " opérations de maintien de la paix ". Il lui demande donc si le Gouvernement entend modifier sa perception de la prévention des conflits en Europe et dans le reste du monde, au regard de la réflexion apportée ci-dessus.



La question est caduque