Allez au contenu, Allez à la navigation

Commémoration du traité de Rome

10e législature

Question écrite n° 22501 de M. Serge Mathieu (Rhône - RI)

publiée dans le JO Sénat du 22/05/1997 - page 1499

M. Serge Mathieu appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur l'intérêt et l'importance qui s'attachent à l'actuelle commémoration du traité de Rome qui, en 1957, marqua une étape essentielle de la construction de l'Europe Unie. Mais il semble opportun de rappeler que l'Europe est née dans le Salon de l'Horloge de son ministère, le 9 mai 1950, lorsque son prédécesseur, Robert Schuman lança un vibrant appel pour la mise en oeuvre de l'Europe et notamment de la réconciliation franco-allemande. Faut-il rappeler que, quelques années après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, alors que les peuples démocratiques découvraient progressivement l'horreur du nazisme et les exterminations des camps de concentration, le ministre français des affaires étrangères lançait, pour l'honneur de la France, un appel à la réconciliation avec l'Allemagne. Il lui demande s'il ne lui semble pas opportun de manifester, en toutes circonstances, que l'Europe est née de cet appel historique, concrétisé en 1951 par la première étape décisive : la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) avec la contribution essentielle de Jean Monnet et les gouvernements démocratiques de ce qui allait devenir, initialement, l'Europe des Six, dont on mesure aujourd'hui l'ampleur du développement. Il lui demande s'il envisage d'honorer comme il convient l'appel historique du 9 mai 1950 du ministre des affaires étrangères de la France.



La question est caduque