Allez au contenu, Allez à la navigation

Rues piétonnes dans les Xe et XIXe arrondissements de Paris

11e législature

Question écrite n° 00348 de Mme Nicole Borvo (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 03/07/1997 - page 1813

Mme Nicole Borvo attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le fait que les quais Jemmapes et de Valmy le long du canal Saint-Martin, entre les rues Louis-Blanc et de Lancry, étaient piétons le dimanche après-midi de 14 heures à 18 heures depuis deux ans. Une extension s'était faite quais de la Seine et de la Loire, l'an dernier. La combinaison des très grands froids et du plan Vigipirate a entraîné la suspension de l'opération depuis trois mois. Avec le retour des beaux jours, les habitants des Xe et XIXe arrondissements souhaitent pouvoir à nouveau se promener librement, le dimanche après-midi, sur ces voies. Pour toutes ces raisons, elle lui demande les dispositions qu'il compte prendre afin que ces voies soient à nouveau et sans délai réservées aux piétons et aux cyclistes le dimanche après-midi.



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 07/08/1997 - page 2112

Réponse. - L'honorable parlementaire a demandé au ministre de l'intérieur que soit rétablie la circulation des cyclistes et des piétons, le dimanche après-midi, le long du canal Saint-Martin. La réservation de certaines voies parisiennes à la circulation des piétons et des cyclistes constitue l'une des composantes de la politique d'amélioration des conditions de vie des Parisiens menée actuellement par la ville de Paris, en étroite concertation avec la préfecture de police. L'organisation de cette opération implique la neutralisation des secteurs réservés par des barrages et la mise en place concomitante de déviations obligatoires, pour pallier l'apparition éventuelle de perturbations ; elle exige une mobilisation importante des effectifs de la préfecture de police pour installer des systèmes de barrières, contrôler les accès aux périmètres interdits et gérer les nombreux reports de trafic induits par la multiplication des axes fermés à la circulation. A la suite de la réactivation du plan Vigipirate, le 3 décembre 1996, la ville de Paris et la préfecture de police sont convenues de suspendre l'opération "Paris-Piétons-Vélos ". D'un commun accord, cette opération a repris depuis le 23 mars 1997.