Allez au contenu, Allez à la navigation

Nombre de pharmaciens inspecteurs de la santé publique

11e législature

Question écrite n° 00674 de M. Claude Huriet (Meurthe-et-Moselle - UC)

publiée dans le JO Sénat du 03/07/1997 - page 1825

M. Claude Huriet attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé sur le nombre de pharmaciens inspecteurs de santé publique actuellement en fonction par rapport aux besoins. En effet, il incombe aux pharmaciens inspecteurs d'inspecter annuellement tous les établissements pharmaceutiques, mais aussi ceux ayant une activité dans des domaines aussi divers que la pharmacie vétérinaire, la cosmétologie, la biologie médicale et les dispositifs médicaux. Ce sont au total 34 132 établissements qui devraient faire l'objet d'une visite annuelle. Or en 1994, les 69 inspecteurs (en équivalent temps plein) en poste dans les inspections régionales de la pharmacie n'ont pu visiter que 4 581 établissements, ce qui paraît nettement insuffisant. En conséquence, il lui demande par quels moyens il entend améliorer la régularité de ces contrôles.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 09/10/1997 - page 2744

Réponse. - Il est exact que le pyramidage budgétaire des emplois de pharmaciens-inspecteurs de santé publique n'est pas conforme au pyramidage prévu par décret no 92-1432 du 30 décembre 1992 relatif au statut des pharmaciens-inspecteurs de santé publique. Cette situation de non-concordance entre un pyramidage statutaire et un pyramidage budgétaire n'est pas exceptionnelle. Elle se rencontre dans de nombreux corps. Elle tient au fait qu'aucun poste ne peut être créé sans autorisation d'une loi de finances qui a une valeur supérieure au décret. Il faut toutefois observer qu'en dépit des difficultés budgétaires, la loi de finances pour 1997 avait prévu la transformation de quatre emplois du grade de base en deux emplois de pharmacien-inspecteur en chef et deux emplois de pharmacien général. Ces transformations ont permis un rapprochement du pyramidage statutaire et du pyramidage budgétaire et débloqué, en partie, la gestion des avancements pour l'exercice 1997. En ce qui concerne le non-remplacement des pharmaciens partant à la retraite, il est précisé que cette mesure n'est pas applicable aux fonctionnaires de catégorie A dont les pharmaciens, inspecteurs de santé publique. En conséquence, le départ à la retraite des pharmaciens-inspecteurs de santé publique n'a pas d'incidence sur les effectifs. Le deuxième sujet évoqué est celui de l'insuffisance des effectifs pour assurer les missions de contrôle de l'Etat. Sur ce sujet aussi, l'interrogation formulée est pertinente, sans toutefois être assortie d'éléments de propositions justificatives sur les renforts qu'il serait nécessaire de prévoir pour assurer lesdites missions. Il faut rappeler qu'au titre de la loi de finances pour 1996, il avait été créé 18 emplois de pharmaciens-inspecteurs pour renforcer le dispositif existant. Par ailleurs, dans le cadre du projet de loi de finances pour 1998, il sera demandé la création de 3 postes de pharmacien-inspecteur de santé publique. Pour les prochaines lois de finances, les analyses sur l'exercice des missions de l'Etat dans le champ d'action incombant aux pharmaciens-inspecteurs de santé publique seront affinées. De nouvelles demandes de révision de pyramidage budgétaire seront formulées de façon à assurer la gestion des promotions dans de bonnes conditions.