Allez au contenu, Allez à la navigation

Préservation de la forêt de Carnelle (Val-d'Oise)

11e législature

Question écrite n° 01267 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 10/07/1997 - page 1855

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur l'importance, le rôle joué par la forêt de Carnelle (Val-d'Oise), un des poumons de la région parisienne, qui doit conserver son caractère écologique et demeurer un haut lieu touristique de promenade. Elle lui fait remarquer que la futaie constituant le peuplement principal est l'objet d'exploitation de coupes, intensive, excessive, pouvant mettre en cause la régénération naturelle de ce massif forestier et constituer des zones de déboisement défigurant la beauté, l'harmonie de ce site forestier. Elle lui demande quelles mesures il envisage pour protéger la forêt de Carnelle, la préserver de la pollution, des inondations, de la sécheresse, assurer son équilibre climatique, garantir la beauté du site, sa flore, sa faune, aménager parcours et aménagements préservant et organisant les promenades forestières et leur agrément.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 27/11/1997 - page 3282

Réponse. - La forêt domaniale de Carnelle (Val-d'Oise) s'étend sur une surface de 976 hectares sur la rive gauche de l'Oise et couvre une butte, point culminant du Val-d'Oise. Cette forêt de chênes, hêtres, châtaigniers et divers autres feuillus abrite une population de chevreuils en accroissement. Sa situation et la beauté de ses paysages font qu'elle a pour vocation principale l'accueil du public, très présent en fin de semaine. Par sa composition, cette ancienne forêt royale s'accommode bien des aléas naturels et ne court pas de risques particuliers liés à la sécheresse, aux inondations ou aux pollutions. Elle fait l'objet d'une gestion orientée en fonction d'un objectif de protection en raison de sa richesse biologique et de son intérêt paysager, et d'un objectif d'accueil du public en forêt périurbaine. Les coupes qui y sont pratiquées doivent assurer, par un renouvellement aussi régulier que possible, la pérennité du peuplement forestier en évitant les dangers d'un vieillissement généralisé des arbres, et éclaircir les peuplements trop denses pour ne pas nuire à leurs qualités biologiques et paysagères. Ces exploitations nécessaires sont de mieux en mieux comprises du public et sont étudiées par l'Office national des forêts pour troubler le moins possible l'harmonie de la forêt et la perception qu'en ont les visiteurs. La forêt domaniale de Carnelle bénéficie ainsi d'une gestion attentive assurant sa pérennité, protégeant sa diversité biologique et ses qualités d'accueil.