Allez au contenu, Allez à la navigation

Déficience de postes de documentalistes pour l'académie de Lille

11e législature

Question écrite n° 02024 de M. Michel Sergent (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/07/1997 - page 2041

M. Michel Sergent attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur le retard pris par l'académie de Lille en matière de postes de documentalistes durant ces dernières années. Cette académie, bien en pointe, situation justifiée par l'importance des retards et échecs scolaires, souffre aujourd'hui non seulement d'une déficience caractérisée du nombre de postes offerts aux documentalistes mais aussi de la confusion et de la mise en cause du fonctionnement des centres de documentation et d'information. En conséquence, il lui demande les mesures qu'il entend prendre pour éviter de faire perdurer une situation difficile à comprendre à la fois par le personnel d'encadrement socio-éducatif et par les élèves eux-mêmes.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 25/09/1997 - page 2548

Réponse. - Les lycées et lycées professionnels sont, dans leur ensemble, désormais dotés d'un emploi de personnel chargé des fonctions de documentation voire de deux emplois ou plus en ce qui concerne les plus gros établissements. En revanche, il est vrai qu'un certain nombre de collèges en sont encore dépourvus. Alors qu'on recensait 680 collèges non dotés d'emploi de certifié chargé de documentation, en 1995, au moment où est intervenue la loi de programmation, ce déficit est d'ores et déjà ramené à 300 grâce à l'effort de l'administration centrale pour créer des emplois définitifs stables. Cet effort ne peut être poursuivi que progressivement mais il convient de souligner que la plupart des collèges bénéficient d'un service provisoire complet ou partiel qui permet, dans l'attente d'une consolidation, de faire fonctionner le service de documentation.