Allez au contenu, Allez à la navigation

Affectation des enseignants issus de l'IUFM de la Réunion

11e législature

Question écrite n° 02188 de M. Pierre Lagourgue (La Réunion - UC)

publiée dans le JO Sénat du 31/07/1997 - page 2043

M. Pierre Lagourgue attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur les revendications légitimes des enseignants issus de l'institut de formation des maîtres (IUFM) de la Réunion et qui se trouvent affectés en métropole. En effet, une telle situation paraît non seulement injuste pour les intéressés qui sont contraints de quitter leurs attaches affectives et matérielles, mais également incompréhensible au regard des besoins de l'académie de la Réunion qui détient le triste record du plus faible taux d'encadrement scolaire. Il lui demande en conséquence de bien vouloir envisager une réforme de la réglementation relative aux mouvements des personnels entre la Réunion et la métropole afin de permettre une affectation locale des enseignants formés dans le département.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 11/09/1997 - page 2374

Réponse. - Dans le cadre du mouvement national 1997, il apparaît qu'un certain nombre d'enseignants nouveaux titulaires issus de l'IUFM de l'académie de la Réunion ne pourront y être affectés à la rentrée scolaire prochaine. Cette situation résulte à la fois du taux de réussite particulièrement fort des élèves de l'IUFM de cette académie aux concours nationaux du second degré et de l'impossibilité pour le recteur de cette académie d'affecter la totalité des lauréats, le risque étant d'occasionner un excédent en personnels par rapport aux besoins d'enseignement. Les agents concernés ont d'ailleurs été préalablement informés qu'ils ne pourraient être tous accueillis à la Réunion à l'issue de leur stage. En outre, les intéressés pourront, dès leur titularisation, bénéficier d'une prime d'éloignement destinée à faciliter leur installation en métropole ; de plus, en qualité d'originaire ou de conjoint d'originaire de la Réunion, ils bénéficient d'une priorité pour être affectés à la Réunion dès que les postes se libéreront dans leur discipline.