Allez au contenu, Allez à la navigation

Consultation nationale de la carte judiciaire

11e législature

Question écrite n° 02623 de M. Georges Gruillot (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 11/09/1997 - page 2342

M. Georges Gruillot appelle l'attention de Mme le garde des sceaux, ministre de la justice, sur la consultation nationale de la carte judiciaire engagée par le précédent gouvernement. Il la remercie de lui préciser le suivi donné à cette initiative interrompue au moment de la période électorale.



Réponse du ministère : Justice

publiée dans le JO Sénat du 23/10/1997 - page 2919

Réponse. - Le garde des sceaux, ministre de la justice, fait connaître à l'honorable parlementaire qu'un dispositif de consultation nationale de la carte judiciaire avait été mis en place puis suspendu pendant la période électorale. Dans ce cadre, il était demandé aux chefs de cour et de juridiction ainsi qu'aux préfets de présenter, à partir du diagnostic de chaque situation locale, des propositions d'adaptation de la carte judiciaire quand elles apparaissent souhaitables. Dans la ligne des orientations fixées par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale du 19 juin 1997, il est envisagé de moderniser le fonctionnement du service public de la justice, dont l'évolution de carte judiciaire constitue un élément essentiel. Faciliter l'accès des citoyens au droit et leur accueil dans les tribunaux est un des objectifs prioritaires. Il en est de même de l'amélioration de l'efficacité de la justice, tout en préservant sa qualité, qui implique la simplification et l'accélération des procédures et la mise en place de nouveaux modes de traitement des affaires, favorisant, autant que possible, les réponses de proximité. C'est dans cet esprit qu'il a été demandé aux chefs de cour et aux préfets de poursuivre la consultation sur la carte judiciaire et d'ajouter aux interlocuteurs déjà rencontrés les représentants des associations directement concernées par le fonctionnement de la justice. En tout état de cause, ce diagnostic local ne constitue qu'une première phase. L'exploitation nationale des résultats servira de base à une approche progressive et pragmatique des orientations à prendre concernant les implantations de justice. Ce débat sur la carte judiciaire doit être abordé dans une conception d'ensemble, intégrant une nouvelle organisation des structures et des méthodes de travail et utilisant au mieux les bâtiments existants. L'objectif est de renforcer la présence de la justice, l'accès au droit et le service dû aux citoyens par une gamme de solutions diversifiées prenant en compte la nature des besoins locaux et les spécificités géographiques.

Erratum : JO du 13/11/1997 p.3172