Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'enseignement agricole dans le département de l'Allier

11e législature

Question écrite n° 03099 de M. Jean Cluzel (Allier - UC)

publiée dans le JO Sénat du 02/10/1997 - page 2589

M. Jean Cluzel attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la situation de l'enseignement agricole dans le département de l'Allier qui fait ressortir le manque évident de place dans de nombreux établissements. Il lui précise que cette situation est notamment vérifiée pour les classes de baccalauréat technologique STAE (science et technologie de l'agriculture et de l'environnement) du lycée agricole de Neuvy où la direction se voit dans l'obligation de refuser des inscriptions, voire des redoublements. Il lui rappelle que la chambre d'agriculture de l'Allier est intervenue auprès du ministre de l'agriculture, en juin 1996, pour demander l'ouverture d'une deuxième classe de STAE ; qu'elle a réitéré sa démarche en octobre 1996, auprès des représentants de la chambre régionale d'agriculture d'Auvergne, membre du comité régional de l'enseignement agricole ; et qu'elle a enfin participé, en juin 1997, avec les parents d'élèves et la direction du lycée agricole de Neuvy, à une rencontre avec la direction régionale de l'agriculture et de la forêt (DRAF) pour insister sur l'urgence de l'ouverture de cette deuxième classe. Alors que le département de l'Allier affirme une vocation agricole importante pour son économie, il lui indique qu'il trouve regrettable de refuser l'accès à l'enseignement agricole à des élèves, faute de ne pas disposer de deux classes de STAE, comme dans les autres départements de la région Auvergne. Il lui précise, en outre, que cette situation est non seulement préjudiciable aux jeunes et à leur famille mais également aux établissements eux-mêmes, en termes d'avenir. C'est la raison pour laquelle il lui demande s'il envisage de remédier à une telle situation en décidant, de toute urgence, l'ouverture d'une seconde classe de STAE au lycée agricole de Neuvy.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 02/04/1998 - page 1041

Réponse. - Au cours de l'été dernier, de nombreuses interventions ont concerné la préparation de la rentrée 1997 au lycée d'enseignement général et technologique agricole de Moulins (03). Les intervenants souhaitaient l'ouverture d'une seconde filière conduisant au baccalauréat technologique " sciences et technologies de l'agronomie et de l'environnement " (STAE) pour accueillir des élèves venant d'une classe de seconde des lycées de l'éducation nationale. Ils se sont également inquiétés du sort des redoublants en classe de terminale baccalauréat technologique. La situation à la rentrée 1997 était en effet un peu particulière étant donné les résultat de l'établissement au baccalauréat technologique : comparée à la moyenne nationale, qui était de 75 %, la performance du LEGTA de Moulins, avec 50 %, est apparue très modeste. Durant l'été, le proviseur et les services de la direction générale de l'agriculture et de la forêt (DRAF) d'Auvergne se sont efforcés de trouver une place pour chaque redoublant dans des établissements voisins. Cette solution n'a pas donné satisfaction aux familles. Dans un souci d'apaisement, le ministère de l'agriculture et de la pêche a demandé au LEGTA de Moulins d'accueillir, à la rentrée de 1997, les redoublants qui le souhaitaient. Les crédits nécessaires permettant les dédoublements disciplinaires dans la classe ont été accordés. Par ailleurs, dans le cadre des procédures mises en oeuvre pour la préparation des rentrées de 1998 et de 1999 - et à la lumière des réflexions engagées pour l'élaboration du troisième schéma national prévisionnel des formations de l'enseignement agricole - le LEGTA de Moulins est autorisé à dédoubler la filière préparatoire au baccalauréat technologique STAE à la prochaine rentrée scolaire et à dispenser, dans deux classes distinctes, les spécialités " technologies animales " et " technologies des aménagements ".