Allez au contenu, Allez à la navigation

Arrêt de l'exploitation du réacteur Superphénix

11e législature

Question écrite n° 04296 de M. Alain Dufaut (Vaucluse - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 13/11/1997 - page 3108

M. Alain Dufaut rappelle à l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie les termes de sa question no 2277, parue au Journal officiel du 7 août 1997, sur les conséquences de l'arrêt de l'exploitation du réacteur Superphénix.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 08/01/1998 - page 80

Réponse. - Superphénix, réacteur à neutrons rapides, a été construit et exploité par la société NERSA qui regroupe des sociétés françaises (EDF, 51 %), italienne (ENEL, 33 %) et allemande (SBK, 16 %), représentant un consortium d'électriciens allemand et belge. Le risque partenaires auquel il est fait référence trouve sa source en 1994 dans la modification de la finalité du réacteur qui, privilégiant un objectif de recherche et de démonstration, plaçait au second plan la production électrique en vue d'alimenter le réseau. Dès le début de l'année 1995, EDF s'est engagée auprès de ses partenaires à garantir, jusqu'au 31 décembre 2000, une fourniture d'énergie correspondant à leur part de combustible encore disponible à cette date, indépendamment des conditions de fonctionnement ultérieures du réacteur. Le coût pour EDF du retrait des partenaires de la société NERSA correspondrait ainsi aux dépenses qui ne seraient pas prises en charge par eux (post-exploitation et démantèlement). Le risque de la prise en charge de cette dépense par EDF et son montant précis font actuellement l'objet d'une analyse détaillée de la part des services compétents.