Allez au contenu, Allez à la navigation

Nombre de suicides chez les jeunes

11e législature

Question écrite n° 06447 de M. Philippe Darniche (Vendée - NI)

publiée dans le JO Sénat du 19/02/1998 - page 539

M. Philippe Darniche appelle l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé sur les chiffres persistants - et intolérables - du nombre de suicides chez les jeunes dans notre pays. En effet, près de 12 000 personnes se suicident en France, chaque année : donnée statistique dramatique qui dépasse lourdement le nombre d'accidents de la circulation (8 000 morts par an). En conséquence, il lui demande les grandes orientations qu'il entend prendre au niveau national, mais également et plus particulièrement dans l'ouest du pays, pour favoriser la baisse du taux de suicide et favoriser, ainsi, le retour au goût de vivre chez certains de nos concitoyens, plus souvent tentés qu'on ne le croit, à l'autodestruction.

Transmise au ministère : Santé



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 11/03/1999 - page 800

Réponse. - M. Philippe Darniche appelle l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur le nombre important de suicides, notamment chez les jeunes et lui demande quelle politique nationale il entend mener pour la prévention du suicide en France. En effet, depuis 10 ans, le nombre de suicides dans la population générale s'élève à 12 000 cas par an environ. Le suicide représente chez les jeunes de 15 à 24 ans la seconde cause de mortalité, après les accidents. Le suicide chez les jeunes adultes de 25 à 34 ans est la première cause de mortalité. La tranche d'âge la plus touchée par les tentatives de suicide est celle des 15-24 ans qui commettent un tiers des 120 000 tentatives annuelles. Problème majeur, le thème du suicide a été identifié comme une des dix priorités de santé par les deux premières conférences nationales de la santé, et neuf régions ont engagé des programmes régionaux sur ce thème. Sur le plan national, un programme sur la prévention du suicide en direction des adolescents et des jeunes adultes sera mené pendant trois ans. Ses principaux axes sont les suivants : développer une approche globale prenant en compte l'ensemble des dimensions de ce problème complexe de santé publique tant sur le plan de la prévention que de la prise en charge, mettre en place un système de recueil de connaissances épidémiologiques indispensable à la détermination des orientations stratégiques et engager une campagne de communication sur ce thème dans une perspective de prévention qui sera mise en uvre par le Comité français d'éducation à la santé.