Allez au contenu, Allez à la navigation

Aménagement de la RN 151 dans la Nièvre

11e législature

Question écrite n° 09408 de M. Marcel Charmant (Nièvre - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/06/1998 - page 2011

M. Marcel Charmant signale à M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement les problèmes posés en matière de sécurité de la circulation automobile par la route nationale 151 dans sa traversée du département de la Nièvre. En effet, cette liaison routière qui assure la continuité du réseau autoroutier entre Auxerre et Bourges est particulièrement fréquentée et connaît notamment un trafic poids lourds et caravanes très important. Bien que l'inscription de son aménagement au schéma routier national ait été demandé depuis de très nombreuses années, la RN 151, dans son parcours nivernais, n'a fait l'objet que d'un entretien minimum de renforcement de chaussée. Ainsi au fil des " rechargements " de la bande de roulement, le dénivelé avec le bas-côté qui lui n'a fait l'objet d'aucun aménagement s'est accru au point de poser aujourd'hui un réel problème pour la circulation. Ainsi de nombreux accidents ont pu être recensés lors du croisement avec un véhicule large, le conducteur qui mord sur le bas-côté perd le contrôle de son véhicule. Compte tenu de la fréquentation de cet itinéraire, il lui demande de faire effectuer au plus vite les travaux de mise en sécurité des accotements de la RN 151 et d'accélérer le processus d'aménagement global de cette liaison routière.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 22/04/1999 - page 1332

Réponse. - La route nationale 151 dans la traversée de la Nièvre supporte un trafic modeste, sensiblement inférieur à 5 000 véhicules par jour, sauf entre Clamecy et l'Yonne, où il dépasse quelque peu ce chiffre ; le taux de poids lourds (13 %) correspond approximativement à la moyenne nationale. Pendant les cinq dernières années (1993-1997), le bilan des accidents survenus sur cette partie de la RN 151 se situe à un niveau sensiblement équivalent à celui constaté sur les autres routes nationales. Ce bilan est, bien sûr, trop élevé mais il convient de noter que le plus sérieux de ces accidents a été provoqué par l'assoupisement d'un chauffeur de poids lourd dont le véhicule a heurté un autocar le précédant. La RN 151 bénéficie depuis quatre ans de travaux de réhabilitation - 9 MF sont affectés à cette fin en 1998 - consistant en un reprofilage de la voie, en la réfection de la couche de roulement, sans modification de la largeur de la chaussée, et dans le traitement et la mise à niveau des accotements stabilisés. Ces travaux sont effectués par sections, avec un décalage d'une ou deux semaines au plus entre l'intervention sur la chaussée et celui sur les accotements. L'ensemble de l'itinéraire est actuellement traité ; il n'y a donc plus de différence de niveau entre la chaussée et les accotements stabilisés. La signalisation prévue pour indiquer les accotements fraîchement réalisés est régulièrement mise en place. Par ailleurs, une action est engagée par l'Etat dans le cadre du plan régional d'aménagements de sécurité pour supprimer les arbres trop proches et de qualité médiocre, et les remplacer par de nouvelles plantations situées au-delà de accotement et du fossé, à 4 mètres environ du bord de la chaussée ; 1,28 MF ont été programmés en 1997 pour cette opération, 0,22 MF cette année et un complément de 1 MF est prévu pour l'année prochaine.