Allez au contenu, Allez à la navigation

Plaque France Télécom de Massy

11e législature

Question écrite n° 13115 de M. Jean-Luc Mélenchon (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 24/12/1998 - page 4078

M. Jean-Luc Mélenchon attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur la situation de la plaque France Télécom à Massy. Les réorganisations engagées ces dernières années ont eu pour conséquence la suppression de près de 400 emplois sur le site : 250 en 1997 (disparition du CDA de la DTIF et du Centre de calcul informatique), 140 en 1998 (fusion UIR, disparition de l'équipe GEC MT25 et du CDA Massy, fusion de l'équipe DOP Massy). Pour l'année 1999, c'est l'avenir même de l'unité de formation et de recherche (UFR) de Massy qui polarise toutes les inquiétudes. Il souhaiterait connaître ses projets concernant la plaque France Télécom de Massy.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 25/02/1999 - page 622

Réponse. - France Télécom adapte son organisation à l'évolution du secteur des télécommunications afin d'améliorer le service rendu à l'ensemble de ses clients et l'efficacité du service public. Les changements technologiques conduisent à une nouvelle répartition des effectifs des activités en régression vers les activités en croissance. Les réorganisations concernent l'Essonne comme l'ensemble des départements français. Dans leur mise en uvre, France Télécom s'efforce de concilier les intérêts de l'entreprise et ceux de son personnel, composé majoritairement de fonctionnaires, et de préserver l'emploi local. Les mouvements de personnel sont essentiellement constitués de reconversions et de mutations internes à France Télécom. Dans l'Essonne, les effectifs, toutes activités confondues, sont passés sur le secteur de Massy de 883 à 816 depuis 1997. Cette évolution couvre environ 200 mouvements internes, correspondant à deux orientations : tout d'abord, la présence auprès des clients a été renforcée grâce à l'accroissement des effectifs des agences de 58 personnes ; ensuite des regroupements ou des réorganisations d'activités telles que la distribution et l'approvisionnement en matériel, l'informatique, les activités techniques liées au réseau ont été effectués. Les modifications concernant l'Unité de facturation et de recouvrement en font l'une des sept plates-formes nationales de facturation, ayant une compétence sur l'Ile-de-France hors Paris. Elles s'inscrivent dans un programme national transférant les activités de traitement des chèques de l'Ile-de-France à Orléans. Toutes ces adaptions répondent à la nécessité pour France Télécom d'améliorer son offre de services dans un environnement où le meilleur rapport qualité-prix guide le choix du client. Elles sont réalisées avec le souci d'accompagner les agents et les cadres concernés, en leur proposant des emplois répondant au mieux à leurs projets professionnels et des plans de formation adaptés.